James Foley : l'Etat islamique veut vendre le corps de l'otage décapité pour 1 million de dollars | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
James Foley a été décapité en août 2014
James Foley a été décapité en août 2014
©capture écran YouTube

Toujours plus loin

James Foley : l'Etat islamique veut vendre le corps de l'otage décapité pour 1 million de dollars

Selon le site américain BuzzFeed, pour preuve qu’il s’agit bien du corps de l'Américain, les terroristes seraient prêts à fournir un échantillon ADN.

L’organisation État islamique va toujours plus loin dans l'horreur. Les terroristes ne reculent devant rien puisqu'ils viennent d'affirmer être prêt à vendre le corps de James Foley pour 1 million de dollars. Décapité en août dernier, le cadavre serait donc toujours aux mains du groupe. Selon le site américain BuzzFeed, pour preuve qu’il s’agit bien du corps de l'Américain, les terroristes expliquent pouvoir fournir un échantillon ADN.

L’échange pourrait se faire à la frontière turque. "Ils ne vont pas donner l'ADN sans l'argent" a expliqué un ancien rebelle syrien. L'Etat islamique voudrait en effet d'abord récupérer l'argent avant de rendre le corps. "L'échange d'otages occidentaux a créé un marché opaque dans lequel de tels intermédiaires tentent de négocier un accord pour toucher une commission [...]. Le fait de vendre le corps de Foley a attiré l'attention de certains d'entre eux récemment" a confié un spéciliste du terrorisme.

D’’après BuzzFeed, d’autres dépouilles pourraient être sur le marché. La famille de James Foley n’a pour l’instant pas réagi. La Maison Blanche qui refuse de se soumettre à cette marchandisation des otages, n'a pas non plus fait de déclaration après cette information.

 

 

lu sur Buzzfeed

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !