Italie : peine de prison confirmée pour Berlusconi qui dénonce un "acharnement judiciaire" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Il s'agit de la première condamnation définitive à l'encontre de Silvio Berlusconi.
Il s'agit de la première condamnation définitive à l'encontre de Silvio Berlusconi.
©Reuters

Basta !

Italie : peine de prison confirmée pour Berlusconi qui dénonce un "acharnement judiciaire"

L'ancien chef du gouvernement italien, 76 ans, ne devrait toutefois pas aller en prison en raison de son âge. Son inéligibilité sera rejugée en appel.

La Cour de cassation italienne a confirmé jeudi la condamnation à la prison de l’ex-chef du gouvernement Silvio Berlusconi pour fraude fiscale - une première pour le Cavaliere. Son interdiction d’exercer une fonction publique pendant cinq ans sera quant à elle rejugée en appel, rapporte l'AFP. Berlusconi, 76  ans, qui avait été condamné en première instance et en appel à quatre ans de prison dont trois couverts par une amnistie, ne devrait toutefois pas aller en prison en raison de son âge.

Il s’agit de la première condamnation définitive à l’encontre de Silvio Berlusconi, qui depuis son entrée en politique en 1994, a eu de nombreux démêlés judiciaires mais a toujours soit bénéficié de la prescription soit été acquitté.

Dans un message vidéo, le Cavaliere a qualifié la sentence de "condamnation dénuée de tout fondement" qui "[l]e privera de [s]a liberté et de [s]es droits politiques". "Nous devons continuer à combattre, à faire de la politique, pour réaliser toutes les réformes nécessaires, au premier rang desquelles celle de la justice", a-t-il affirmé. Et de dénoncer "un véritable acharnement judiciaire sans égal".

Dans cette affaire, le magnat des médias était accusé d'avoir artificiellement "gonflé" le prix des droits de diffusion de films, achetés via des sociétés écrans lui appartenant, au moment de leur revente à son empire audiovisuel Mediaset, rappelle Le Point. En constituant des caisses noires à l'étranger, le groupe aurait réduit ses bénéfices en Italie pour payer moins d'impôts. Un manque à gagner pour le fisc italien évalué à 7 millions d'euros.

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !