Italie : des élections législatives à l'issue très incertaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Italie : des élections législatives à l'issue très incertaine
©

Dans un mouchoir de poche

Italie : des élections législatives à l'issue très incertaine

Les Italiens votent dimanche et lundi pour élire leurs députés et sénateurs. La gauche est donnée gagnante, talonnée par le parti de Silvio Berlusconi.

Depuis ce dimanche matin, les Italiens votent pour élire leurs députés et sénateurs. Et déterminer qui sera le nouveau président du Conseil après la démission de Mario Monti en décembre dernier. Plus de 47 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour ce scrutin qui se déroule sur deux jours jusqu'à lundi 14 h, dans un climat d'incertitude sur la stabilité du prochain gouvernement. Selon des sondages, interdits de publication dans le pays depuis deux semaines, la gauche devrait l'emporter, talonnée par le parti de Berlusconi.

"L'Italie vote dans l'incertitude", titre la Stampa, tandis que Il Fatto (gauche) remarque que ce sont les indécis (10 %, selon les derniers sondages) qui feront la différence, sous le titre "Les indécis décident". Quatre grandes coalitions s'affrontent : l'une, centriste, menée par le chef du gouvernement sortant Mario Monti, l'autre par son prédécesseur (centre droit) Silvio Berlusconi, la troisième par le leader de la gauche Pier Luigi Bersani et enfin le trublion de la campagne, l'ex-comique Beppe Grillo.

Selon les derniers sondages, le Parti démocrate de Pier Luigi Bersani part gagnant avec près de 34 % des intentions de vote, suivi du PDL de Silvio Berlusconi (30 %). L'ex-comique et son mouvement Cinq étoiles (M5S) rafleraient 17 % des voix et le Professore entre 10 et 12 %. Mais la principale question porte sur la stabilité du futur gouvernement. Si Pier Luigi Bersani semble assuré d'emporter la majorité à la Chambre des députés (où une seule voix de plus lui assure la majorité absolue des sièges), la situation est plus complexe au Sénat où tout dépend du poids des coalitions dans chacune des régions.

Le pire scénario serait que l'Italie se retrouve au soir du 25 février avec une majorité différente à la Chambre et au Sénat, alors que les deux assemblées ont le même poids en Italie. Cette hypothèse d'ingouvernabilité inquiète les marchés et lespartenaires européens de Rome, alors que la troisième économie de la zone euro très endettée ne voit pas le bout du tunnel.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !