Italie : pas de retraite pour Sergio Mattarella, obligé de rester président de la République pour assurer la stabilité de son pays | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Sergio Mattarella
Sergio Mattarella
©TIZIANA FABI / AFP

Prisonnier de son poste

Italie : pas de retraite pour Sergio Mattarella, obligé de rester président de la République pour assurer la stabilité de son pays

Mattarella avait pourtant clairement fait savoir qu'il voulait prendre sa retraite

 Dans les semaines qui ont précédé la récente élection présidentielle italienne, le président sortant, Sergio Mattarella, âgé de 80 ans, avait clairement fait savoir qu'il prenait sa retraite raconte Politico.

Un assistant avait publié sur les réseaux sociaux des photos de ses cartons de déménagement tous emballés. Il a insisté à plusieurs reprises sur le fait que son temps était écoulé.

Mais après presque une semaine d'impasse politique et de luttes intestines qui ont révélé de profondes divisions au sein de la coalition au pouvoir, Mattarella a été contraint de rester, dans l'intérêt de la stabilité du pays. Mario Draghi, l'actuel Premier ministre qui devait postuler en tant que président, reste donc, lui aussi à son poste.

La décision de Mattarella rester à son poste écarte la menace imminente d'élections anticipées. Après que les votes pour Mattarella aient atteint la majorité de 505, les députés de la Chambre des députés se sont levés, applaudissant. Samedi, des mèmes sur Internet l'ont présenté comme un otage.

Les représentants des partis se sont très officiellement rendus au palais présidentiel pour faire appel à Mattarella. "Compte tenu de la situation, nous l'avons supplié d'accepter de rester pour un autre mandat", a déclaré la sénatrice Julia Unterberger. Mattarella a déclaré qu'il "avait d'autres plans pour son avenir" mais compte tenu de la situation, il a accepté, a déclaré Unterberger.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !