Israël/Hamas : 16 000 réservistes israéliens appelés, l'ONU condamne les récentes frappes aériennes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les bombardements sur la bande de Gaza se poursuivent
Les bombardements sur la bande de Gaza se poursuivent
©REUTERS/Ronen Zvulun

Escalade

Israël/Hamas : 16 000 réservistes israéliens appelés, l'ONU condamne les récentes frappes aériennes

Après 23 jours de conflit, il n'y a "aucun signe d'apaisement" selon un responsable de l'ONU.

Qui va pouvoir arrêter le conflit entre Israël et le Hamas ? Difficile de donner une réponse. Les bombardement se sont en effet intensifiés dans la nuit de mercredi à jeudi. De plus, l'armée israélienne a rappelé 16 000 réservistes, preuve que le conflit devrait encore franchir un cap. "L'armée a émis 16 000 ordres de mobilisation supplémentaires afin de permettre aux troupes sur le terrain de se rafraîchir, ce qui a porté le total des effectifs de réservistes à 86 000" a indiqué une porte-parole militaire ce jeudi matin. 

En Israël, selon l'AFP, "le cabinet de sécurité a décidé à l'unanimité de poursuivre les attaques contre les cibles terroristes du Hamas et les opérations menées en vue de "neutraliser" les tunnels creusés par le mouvement islamiste entre la bande Gaza et le territoire israélien". Une nouvelle réunion stratégique avec une petite dizaine de ministres aura lieu ce jeudi après-midi.

La journée de mercredi a été très meurtrières côté palestinien avec une centaine de morts touchés par des frappes israéliennes alors qu'ils se trouvaient sur un marché et dans un centre de réfugiés de l'ONU. Les États-Unis et l'ONU ont d'ailleurs condamné le pilonnage avant l'aube de l'école de l'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) à Jabaliya. "C'est injustifiable, les responsabilités doivent être déterminées et justice doit être rendue. "Il n'y avait que des enfants, que des jeunes ici. Pourquoi font-ils ça? Où peut aller la population?" s'est indigné le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon. La France a aussi condamné le bombardement de l'école et Amnesty International a évoqué un "crime de guerre potentiel". 

Information paradoxale, les Etats-Unis ont fait savoir qu'ils avaient réapprovisionné Israël en munitions. Le conflit est donc parti pour se prolonger. Côté palestinien, les tirs de roquettes à partir de Gaza n'ont pas cessé et près de 130 tirs ont été recensés par l'armée. Trois soldats israéliens ont péri mercredi à Gaza dans un tunnel piégé.

Vers 11h30, ce jeudi, Benyamin Nétanyahou a indiqué qu'Israël "continuera de détruire les tunnels avec ou sans cessez-le-feu".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !