Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou écoute le ministre de l'Éducation, Naftali Bennett, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet le 30 août 2016.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou écoute le ministre de l'Éducation, Naftali Bennett, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet le 30 août 2016.
©ABIR SULTAN / PISCINE / AFP

Tournant politique

Israël : Naftali Bennett devient officiellement Premier ministre, Benyamin Netanyahou est écarté du pouvoir

Le Parlement israélien a voté le projet de la nouvelle coalition gouvernementale qui rassemble l'extrême-droite, le centre et un parti arabe. Benyamin Netanyahou est chassé du pouvoir. Naftali Bennett devient le nouveau Premier ministre israélien.

Une page se tourne en Israël. Benyamin Netanyahou a été renversé par la coalition hétéroclite unie contre lui. Le Parlement israélien a voté ce dimanche 13 juin le projet de la nouvelle coalition gouvernementale pour élire Naftali Bennett, au poste de Premier ministre, mettant donc un terme à plus de douze ans de règne de Benyamin Netanyahou, qui a dit sa détermination à revenir au pouvoir. Il a assuré devant le Parlement qu'il resterait en politique, à la tête de l'opposition, afin de « faire tomber » le nouveau gouvernement, et qu'il serait « de retour bientôt » au pouvoir.

La coalition réunit deux partis de gauche, deux du centre, trois de droite et une formation arabe.

Naftali Bennett, le chef du parti Yamina, dirigera donc le gouvernement pendant les deux premières années avant de céder la place au centriste Yaïr Lapid pour une période équivalente, selon un accord de rotation.

L'opposition s'est progressivement soudée contre Benyamin Netanyahou et a rallié la formation arabe israélienne Raam, dirigée par Mansour Abbas.

Le gouvernement travaillera pour «l'ensemble» de la population israélienne y compris la minorité arabe, mais aussi les juifs ultra-orthodoxes qui n'ont aucun élu dans cette coalition, a déclaré Naftali Bennett dans un discours sans cesse interrompu par des partisans de Benyamin Netanyahou.

La nouvelle coalition « ne laissera pas l'Iran se doter de l'arme nucléaire », a prévenu Naftali Bennett. Mais Benyamin Netanyahou a accusé le prochain gouvernement « d'être faible » face à la « menace » de l'Iran.

Dès son entrée en fonction, la nouvelle coalition sera confrontée à des défis majeurs comme la marche de Jérusalem prévue ce mardi à Jérusalem-Est. Le Hamas a menacé de représailles si cette marche se tenait près de l'esplanade des Mosquées.

Suite à ce revers, Benyamin Netanyahou pourrait être confronté à des difficultés judiciaires et une vague de contestation au sein de son parti, le Likoud

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !