Islande : le trafic aérien interdit dans la zone d'un volcan en éruption | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Islande : le trafic aérien interdit dans la zone d'un volcan en éruption
©

Bis repetita

Islande : le trafic aérien interdit dans la zone d'un volcan en éruption

L'Islande a interdit samedi le trafic aérien dans le secteur du plus grand volcan du pays, après avoir détecté une petite éruption.

Alerte rouge dans le ciel islandais : après avoir détecté une éruption, l'île a interdit cet après-midi le trafic aérien dans le secteur du volcan Bárðarbunga, en élevant le niveau d'alerte d'orange à rouge.
Le Bárðarbunga est situé dans le centre de l'Islande, sous le nord-ouest du Vatnajökull, la plus grande calotte glaciaire du pays. "Il y a une éruption en cours sous la couche de glace, probablement une petite éruption qui n'a pas pu faire fondre la couverture de glace", a déclaré Theodor Hervasson, directeur exécutif de la division des alertes et des prévisions des Service météorologique islandais.
Les scientifiques considèrent ce volcan comme suffisamment dangereux pour perturber le trafic aérien dans le nord de l'Europe et en Atlantique nord avec ses projections de cendres et provoquer des dégâts importants en Islande, notamment des inondations avec la fonte des glaces. Début 2011, des scientifiques islandais s'étaient alarmé du risque que fait courir une possible éruption du Bárðarbunga, ce volcan étant considéré comme beaucoup plus puissant que l'Eyjafjöll qui a entraîné des perturbations du trafic aérien sans précédent en avril 2010.
Dans la nuit de mercredi à jeudi, la protection civile islandaise a procédé à l'évacuation des abords du volcan. Cet endroit très sauvage de l'île ne comprend aucun d'habitant à l'année, mais se situe dans le très touristique parc national du Vatnajökull. La route permettant d'y accéder est désormais coupée à la circulation.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !