Islamisme, antisémitisme... : un prof dénonce le "double jeu" du lycée musulman Averroès de Lille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Islamisme, antisémitisme... : un prof dénonce le "double jeu" du lycée musulman Averroès de Lille
©

Mauvais exemple

Islamisme, antisémitisme... : un prof dénonce le "double jeu" du lycée musulman Averroès de Lille

Un professeur de philosophie démissionnaire dénonce dans Libération les pratiques ayant cours dans le premier lycée musulman de France. L'établissement a déposé plainte pour diffamation.

Elu "Meilleur lycée de France" par le Parisien en 2013, le lycée Averoès de Lille est dans la tourmente depuis vendredi. Car derrière les excellents résultats au bac de ce lycée privé sous contrat avec l'Etat, fondé il y a une dizaine d'année, se cacherait un visage peu reluisant. C'est ce que dénonce  Soufiane Zitouni, professeur de philosophie recruté à la rentrée dernière, qui vient de démissionner et s'est fendu d'une tribune au vitriol dans Libération.

Il y dénonce un "antisémitisme quasi 'culturel' de nombre d'élèves" et le "double jeu" de l'établissement : "d’un côté montrer patte blanche dans les médias pour bénéficier d’une bonne image dans l’opinion publique et ainsi continuer à profiter des gros avantages de son contrat avec l’Etat, et d’un autre côté, diffuser de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme, c’est-à-dire, un mélange malsain et dangereux de religion et de politique"

Tout a commencé après l'attentat contre Charlie Hebdo. Le professeur écrit alors une tribune dans Libération où il écrit que "le prophète aussi est Charlie". Un texte qui n'a pas été apprécié par le personnel de l'établissement. Le jour même de la publication, un "proche de la direction" est venu lui faire part de son soutien, tout en le mettant en garde : "je suis d’accord avec toi sur le problème des musulmans qui manquent d’humour et de recul par rapport à leur religion, mais tu dois savoir que tu vas te faire beaucoup d’ennemis ici, et je te conseille de regarder derrière toi quand tu marcheras dans la rue…"

"Pas étonnant", écrit-il, "que certains de mes élèves m’aient affirmé en cours que les caricaturistes de Charlie Hebdo assassinés l’avaient bien cherché, voire mérité…"

L'homme décrit un lycée "lié à l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), réputée proche de l’idéologie des Frères musulmans". Il s'agit d'un "territoire 'musulman' sous contrat avec l'Etat" où "certains collègues musulmans masculins se sont permis de faire des remarques sur des tenues vestimentaires de collègues féminines non musulmanes" et où certains mots, comme "Darwin" ou "sexe" sont tabous.

Suite à cette tribune, le Rectorat a fait savoir vendredi qu'il demandait "une mission d’inspection afin de vérifier le respect des termes du contrat d’association signé avec l’Etat".

L'établissement a porté plainte pour diffamation, selon la lettre professionnelle consacrée à l'éducation AEF.

Lu dans Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !