Islam : Dalil Boubakeur élu président du CFCM | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Islam : Dalil Boubakeur élu président du CFCM
©

Vote

Islam : Dalil Boubakeur élu président du CFCM

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a remplacé Mohammed Moussaoui par Dalil Boubakeur, qui dirige une institution proche de l'Algérie.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a désigné ce dimanche son nouveau président, en remplacement de Mohammed Moussaoui, non rééligible. C'est le recteur de la Grande mosquée de Paris (GMP), Dalil Boubakeur, qui a été choisi pour diriger cette instance censée représenter les musulmans de France.


Dalil Boubakeur qui dirige une institution proche de l'Algérie "a été élu à une très large majorité des membres du Conseil d'administration", a déclaré un membre de cette instance, Abdallah Zekri, maintenu dans ses fonctions de président de l'Observatoire de l'islamophobie.
Le CFCM avait été créé il y a dix ans pour donner à l'Islam en France une représentativité éloignée des influences étrangères. En février, une réforme avait mis en place une présidence tournante, pour ménager les susceptibilités nationales. Un roulement de présidents entre les quatre grandes fédérations par période de 18 mois avait été institué.

Après le Rassemblement des musulmans de France (RMF), d'obédience marocaine, ce devait être le tour de la Grande mosquée de Paris (GMP), d'obédience algérienne, d'occuper ce siège. Puis l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), le RMF à nouveau, et enfin le CCMTF, d'obédience turque.

L'UOIF avait décidé le 8 juin de ne pas participer aux élections ; en partie parce qu'elle s'est sentie "humiliée" par le refus du RMF et de la GMP de la laisser prétendre à la présidence, lors de ces élections.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !