Irak : "Nous éviterons, autant que faire se peut, qu’un Français puisse sortir vivant de Mossoul" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Irak : "Nous éviterons, autant que faire se peut, qu’un Français puisse sortir vivant de Mossoul"
©MOHAMED EL-SHAHED / AFP

Ad patres

Irak : "Nous éviterons, autant que faire se peut, qu’un Français puisse sortir vivant de Mossoul"

Aucun militant français de l'Etat Islamique ne doit revenir vivant en France, ont expliqué des responsables des forces de sécurité irakiennes à Paris Match.

Alors que l'Etat islamique est petit à petit chassé de Mossoul par l'armée irakienne appuyée par les forces de la coallition - le groupe terroriste est retranché dans la vieille ville - la traque des djihadistes est menée sans relâche. Notamment les djihadistes étrangers. "Nous avons un accord tacite avec les Français. Nous arrivons à une phase de combat où il est hors de question que des hommes de Daech puissent fuir et arriver dans un autre pays. Nous éviterons, autant que faire se peut, qu’un Français puisse sortir vivant de Mossoul. Notre objectif est encore une fois de les tuer afin qu’aucun homme de Daech ne puisse s’enfuir", explique le général Abdelghani Al-Assadi, commandant du contre-terrorisme irakien, à Paris Match.

Ces propos confirment les informations Wall Street Journal, qui avait révélé que les Forces spéciales françaises ont chargé leurs homologues irakiens d’éliminer plusieurs dizaines de djihadistes français et leur ont remis une liste de 27 noms, accompagnée de quelques photos.

Paris Match résume l'objectif de la France d'une seule phrase, sans ambiguïté : "aucun djihadiste ne doit revenir en France après avoir combattu dans les rangs de Daech".

Lu dans Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !