Irak : la France envisage de livrer des armes aux soldats kurdes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Irak : la France envisage de livrer des armes aux soldats kurdes
©

Ca continue

Irak : la France envisage de livrer des armes aux soldats kurdes

En visite en Irak, Laurent Fabius a reconnu que les Kurdes allaient devoir être livrés "d'une façon sûre en matériel qui leur permette de se défendre et de contre-attaquer".

Dimanche, lors d'une conférence de presse, les autorités irakiennes et kurdes ont fait appel à la communauté internationale pour obtenir de l'aide sur le plan militaire. Le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, s'est exprimé pour demander aux pays occidentaux de fournir des armes aux Kurdes, mais pour que ceux-ci puissent combattre eux-mêmes les djihadistes. "Nous nous battons contre un État islamiste qui est extrêmement bien armé. Bien mieux armé que les peshmergas. Cela étant dit, les peshmergas ont tout de même réussi à résister aux jihadistes et à arrêter leur avancée", a-t-il déclaré devant plusieurs dirigeants étrangers, dont le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, en visite en Irak depuis quelques jours.

Le ministre Français a ensuite pris la parole, en indiquant que la France allait examiner la possibilité de livrer "de manière sûre" des armes aux Kurdes et aux Irakiens. "En ce qui concerne les armements, c'est vrai que les Kurdes, et d'une façon générale les Irakiens, m'ont dit à quel point le califat islamique que j'appelle 'le califat de la haine' avait des armes très sophistiquées, prélevées sur l'armée irakienne", a-t-il déclaré. Le ministre des affaires étrangères a ensuite précisé que cette mesure serait mise en place "en liaison avec les Européens". Pour l'instant, la France ne prévoit pas d'intervention militaire humaine directe.

Laurent Fabius a, d'ailleurs, écrit à ce sujet, une lettre adressée à la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton. "Le président du Kurdistan irakien a insisté sur la nécessité impérieuse de disposer d'armements et de munitions lui permettant d'affronter et de battre le groupe terroriste de l'Etat islamique. Il est indispensable que l'Union européenne se mobilise dès aujourd'hui pour répondre à cet appel à l'aide". Pour l'instant, la France ne prévoit pas d'intervention militaire humaine directe.

lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !