L’iPhone, cet espion des temps modernes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
L’iPhone, cet espion des temps modernes
©

Big Brother

L’iPhone, cet espion des temps modernes

Le téléphone d’Apple conserve la trace des endroits où vous allez, révèlent deux chercheurs américains. Inquiétant.

L’iPhone 4, le téléphone star de la marque à la pomme, conserve la trace de tous les endroits où vous vous êtes rendus, et ce depuis juin dernier, affirment deux chercheurs américains, dont l’un d’entre eux affirme avoir travaillé cinq ans chez Apple. Ces éléments ne sont pas transmis à l'entreprise mais sont stockées dans votre téléphone. Et par extension dans votre ordinateur, via la synchronisation. Ce qui signifie que n’importe qui vous vole votre ordinateur ou votre téléphone peut accéder à ces fichiers, pointe le Guardian, qui a révélé l’information mercredi 20 avril.  

Une violation de la vie privée évidente, et plutôt inquiétante. “En enregistrant passivement votre localisation sans votre permission, Apple a rendu possible l’obtention par une épouse jalouse ou un détective privé d’une cartographie précise de vos déplacements”, souligne un des deux scientifiques.

La situation aurait apparemment commencé avec la sortie d’iOS 4, rapporte 20 minutes.fr, qui précise qu'"obtenir ces informations à partir de votre appareil sous iOS est à peu près aussi facile qu’un jailbreak".

Selon les deux scientifiques, le même problème se pose sur Androïd. 

 

Il n’existe actuellement aucun moyen d’empêcher l’iPhone d’enregistrer ces informations, mais la meilleure solution qui s’offre à vous est encore de crypter la synchronisation, affirme Business Insider, qui indique la marche à suivre :

- Reliez votre iPhone ou votre iPad au à votre ordinateur et lancez iTunes

- Sélectionnez votre appareil dans l’onglet  "Appareil" d’iTunes

- En bas de page, cochez l’option "crypter les données de l’iPhone"

- Saisissez un mot de passe

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !