Inversion de la courbe du chômage : François Hollande fait marche arrière avant de se rétracter | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Inversion de la courbe du chômage : François Hollande fait marche arrière avant de se rétracter
©

Pas bon

Inversion de la courbe du chômage : François Hollande fait marche arrière avant de se rétracter

Le président de la République ne renonce finalement pas à son engagement d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année 2013 alors qu'il avait laisser entendre l'inverse quelques minutes plus tôt.

François Hollande sème le doute dans les esprits. A Aubervilliers, ce jeudi matin vers 10h15, le président de la République affirmait : "la bataille contre le chômage prendra tout le temps qui est nécessaire". Une marche arrière par rapport à son objectif d'inverser la courbe du chômage. Tous les médias ont relayé largement l'information. François Hollande se rendait sûrement compte qu'il n'avait, de toute manière, d'autre choix que "d'oublier" cet objectif tant la situation est encore difficile. Sauf que quelques minutes plus tard, il répondait "oui" à la question "croyez-vous à l'inversion de la courbe du chômage avant la fin 2013". De quoi perturber...

"Quand le président parle de mois de labeur, c'est sur la baisse du nombre de chômeurs mais l'objectif d'inversion de la courbe d'ici la fin de l'année est bien évidemment maintenu", a précisé l'entourage du chef de l'Etat.

La semaine dernière, Jean-Marc Ayrault avait atténué l'objectif d'inversion du courbe du chômage à la fin 2013. "L'objectif, c'est que la courbe du chômage s'inverse à la fin de l'année, mais elle ne s'inversera durablement que si la croissance revient", expliquait-il sur France Inter. A la vue des chiffres publiés ce jeudi soir, Hollande et Ayrault ont de quoi se réjouir et rester sur leur position.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !