Intervention du 14 juillet de François Hollande : "Santé, grand âge, jeunesse. Toutes ces réformes viendront l'année prochaine." | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
françois Hollande est intervenu à la télévision en direct de l'Elysée
françois Hollande est intervenu à la télévision en direct de l'Elysée
©Capture d'écran

Moi président

Intervention du 14 juillet de François Hollande : "Santé, grand âge, jeunesse. Toutes ces réformes viendront l'année prochaine."

Sur le thème de la fiscalité, François Hollande a affirmé que le gouvernement allait faire un effort pour les classes moyennes de manière à ce que "plusieurs centaines de milliers de Français payent moins d'impôts" en 2014-2015.

François Hollande est intervenu pendant une trentaine de minutes en direct de l'Elysée face aux deux journalistes Gilles Bouleau (TF1) et David Pujadas (France 2). Le président a insisté sur la mise en place du pacte de responsabilité, nouvel acte de son quiquennat qu'il considère comme la suite logique de l'après-crise. "Nous sommes sortis de la crise de la zone euro, et l'année dernière, à la même place j'ai dit  'la reprise est là'. La reprise, elle est là mais elle est trop fragile, trop hésitante, trop vulnérable. C'est inacceptable. J'ai décidé d'accélérer".

"Tout est maintenant sur la table et rien ne sera modifié"

"C'est un pacte. Les entreprises doivent faire ce à quoi elles se sont engagées", a déclaré françois Hollande qui a s'adresse ici directement aux entreprises qu'il met face à leurs responsabilités. "Tout est maintenant sur la table et rien se sera modifié". L'un des axes majeurs de la campagne présidentiel de François Hollande concernait la jeunesse. A cet effet, le chef de l'Etat a annoncé qu'à la rentrée, "il y aura une rencontre - je la présiderai moi-même - pour lever tous les obstacles par rapport à l'apprentissage". Avec un objectif : "500.000 apprentis d'ici 2017".  

Sur la fiscalité : "plusieurs centaines de milliers de Français paieront moins d'impôts

Sur le thème de la fiscalité, François Hollande a affirmé que le gouvernement allait faire un effort pour les classes moyennes de manière à ce que "plusieurs centaines de milliers de Français payent moins d'impôts" en 2014-2015, ne donnant toutefois pas objectif chiffré. "Je ne veux pas promettre ce qu'il n'est pas possible de tenir", a-t-il expliqué. Le président a confirmé par ailleurs la baisse de la fiscalité prévue dès cette année.

Sur Manuel Valls "rien ne peut nous séparer"

Le chef de l'Etat nie avoir "le moindre différend" avec son Premier ministre Manuel Valls. "On ne peut pas mettre je ne sais quelle feuille, même de papier à cigarette, qui est très fin" entre lui et Manuel Valls.


Hollande : avec Valls, "rien ne peut nous séparer"par 6MEDIAS

Israël-Gaza : "le conflit israélo-palestinien ne peut pas s'importer en France"

"Israël peut se défendre s'il est attaqué. Mais il doit avoir de la retenue. Il y a des tirs de roquettes envoyées de Gaza et puis l'escalade. On est pour la paix. Le rôle de la France c'est d'aller chercher toutes les médiations pour la paix parce que la situation peut-être explosive. Et avoir des conséquences en France. Le conflit israélo-palestinien ne peut pas s'importer en France. Il n'y aura aucune tolérance".

Mise en examen de Nicolas Sarkozy : "l'indépendance de la justice"

"Je suis le président de la République, je dois poser des principes : l'indépendance de la justice. Nul ne doit intervenir, encore moins au sommet de l'Etat. Ceux qui peuvent imaginer qu'ici on puisse avoir une influence sur la justice ne comprennent rien à mon état de pensée", a affirmé François Hollande. La langue de François Hollande a fourché en parlant du statut de l'anchien chef de l'Etat :  "Chacun doit être certain qu'il est prisonnier innocent avant d'avoir été condamné", a-t-il déclaré, confondant le mot "présumé".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !