Intervention de Nicolas Sarkozy : les socialistes ripostent et défendent François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Claude Bartolone a défendu François Hollande
Claude Bartolone a défendu François Hollande
©Reuters

Revanche de la revanche

Intervention de Nicolas Sarkozy : les socialistes ripostent et défendent François Hollande

L'ancien président a attaqué François Hollande, dont il a accusé les collaborateurs d'avoir exploité de façon "éhontée" ses archives. Il s'en est pris aussi à Christiane Taubira, Manuel Valls et Michel Sapin.

L'intervention de Nicolas Sarkozy n'a pas plus aux socialistes. Sur TF1 et Europe 1 mercredi soir, l'ancien président a attaqué François Hollande, dont il a accusé les collaborateurs d'avoir exploité de façon "éhontée" ses archives. Il s'en est pris aussi à Christiane Taubira, Manuel Valls et Michel Sapin. Une critique à laquelle certaines personnalités du PS ont répondu ce jeudi matin. C'est le cas de Jean-Christophe Cambadélis.

Pour le premier secrétaire du PS, ces accusations vont trop loin. "Nicolas Sarkozy a voulu prononcer un 'J'accuse', il a surtout prononcé un 'J'abuse'. Ce n'est pas parce qu'on a la présomption d'innocence qu'on peut insulter les magistrats, le gouvernement, le président" a-t-il indiqué sur RTL. Sur Europe 1, Stéphane Le Foll a lui aussi stigmatisé "la stratégie bien connue de l'ancien président. (...) Nicolas Sarkozy a joué la contre-attaque, il a porté des accusations mais il y a une procédure judiciaire, elle doit aller au bout pour que les choses soient claires".

Lors de son intervention télévisée, Nicolas Sarkozy a aussi dénoncé "une instrumentalisation politique de la justice" mettant en cause les magistrats. Sur ce point, Claude Bartolone a répondu ce mercredi sur itélé. "C'est un sale coup que Nicolas Sarkozy a porté à la justice. Je pense que, et à plus forte raison lorsqu'on a été président de la République, on ne malmène pas de cette façon les institutions. De même que la justice respecte la présomption d'innnocence, nous nous devons d'en respecter l'indépendance. Je ne sais pas ce que souhaite Nicolas Sarkozy, une interdiction professionnelle pour ces deux juges ? Les textes sont conçus de telle façon qu'ils permettent à n'importe quel justiciable de demander la récusation de ses juges, s'il considère que le besoin s'en fait sentir" a dit le président de l'Assemblée nationale.

Choqué par la forme de cette intervention, Claude Bartolone a expliqué que le retour politique de l'ancien président était "le problème de la droite". 


Bartolone: "Quand on a été président, on ne malmène pas la Rép." by i>TELE

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !