Internet ralenti à cause de la plus grosse cyberattaque de tous les temps | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Internet ralenti à cause de la plus grosse cyberattaque de tous les temps
©

La guerre est déclarée

Internet ralenti à cause de la plus grosse cyberattaque de tous les temps

La guerre entre une organisation anti-spam et un hébergeur néerlandais a provoqué une secousse sans précédent du réseau Internet à l'échelle mondiale.

Internet est en état de siège. Une dispute entre un groupe de lutte anti-spam, Spamhaus, et un hébergeur néerlandais, Cyberbunker, a eu un effet ralentissant sur l’ensemble du réseau mondial, rapporte le New York Times. Selon les experts, des services comme Netflix sont affectés et l’attaque pourrait se ressentir sur les mails ou les sites bancaires, explique de son côté le site de la BBC. Le type d’attaque utilisée, le DDoS (Distributed Denial of Service), est une attaque visant à surcharger les serveurs de la cible afin de la rendre inaccessible au Web, détaille Le Soir. L'attaque a atteint la vitesse de 300 milliards de gigabits par seconde : du jamais vu.

L'histoire a débuté lorsque le groupe de lutte anti-spam Spamhaus a décidé d’ajouter à sa liste noire l’entreprise hollandaise Cyberbunker. Alors que Cyberbunker se vante d’héberger n’importe quel contenu "à l’exception de la pornographie enfantine et toute activité liée au terrorisme", Spamhaus affirme de son côté que Cyberbunker est un repaire de virus, d’activités criminelles et autres spams.

A la suite de la mise au ban de Cyberbunker, Spamhaus a subi la plus grosse attaque informatique de tous les temps. Effet boule de neige oblige, c'est une grande partie de l'Internet mondial qui a été empêché de fonctionner normalement. "Nous tenons le coup (...) Nos ingénieurs font un énorme travail, a déclaré Steve Linford, patron de Spamhaus. Ce type d’attaque aurait neutralisé plus ou moins n’importe quel autre site." De son côté, Sven Olaf Kamphuis, porte-parole de Cyberbunker, a indiqué que Spamhaus abusait sa position et ne devrait pas être autorisé à décider "ce qui va et ne va pas sur Internet".

Lu sur The New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !