Internet : pousser à l'achat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Internet : pousser à l'achat
©

Business

Internet : pousser à l'achat

Moins de 2% d'acheteurs parmi les visiteurs des sites e-commerce.

Plus de la moitié des personnes qui entrent dans un vrai magasin achètent quelque chose, mais quand les internautes visitent un site de vente en ligne, ils ne sont que 2% à acheter. C'est pour lutter contre ce phénomène, pour augmenter le taux d'achat que s'est créé la start-up parisienne Fifty-Five.

" 55% des personnes qui se rendent dans un magasin en ressortent en ayant effectué un achat. Sur Internet, ce taux de « conversion » est inférieur à 2%. La FEVAD en février 2010 a publié son indicateur pour le quatrième trimestre en France, où ce chiffre s’établit à 1,88% (panel iCE)" explique le site de Fifty-Five dont le responsable est Mats Carduner, ex patron de Google en France,qui a lancé cette société en 2010 avec d'autres anciens responsables de l'entreprise américaine.


Interview vidéo réalisée par le magazine Challenges.

Parmi les clients de Fifty-Five, il y a le groupe 3 Suisses, SFR, PagesJaunes, Lacoste, La Mutuelle Générale, Fotolia, Easyvoyage... "Fifty-Five puise ses revenus de trois sources principales : l’implémentation de sa solution de Web-analyse (GA55) chez les utilisateurs, l’abonnement mensuel à ses tableaux de bord (Dashboard 55) et des missions d’optimisation de l’audience de sites. Selon le cabinet Gartner, le marché mondial de la « business intelligence » et de l’analytique appliquée à la mesure de performance sur le Web a atteint 10,5 milliards de dollars en 2010 (+ 13,4 %). Pionnier en France, Fifty-Five compte tripler son chiffre d’affaires à 3 millions d’euros en 2011, puis le doubler à 6 millions en 2012." souligne le quotidien Les Echos.

Lu sur les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !