Intempéries : retour au calme, le littoral évalue les dégâts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Intempéries : retour au calme, le littoral évalue les dégâts
©

La mer était très agitée

Intempéries : retour au calme, le littoral évalue les dégâts

Les départements du Finistère, de Charente-Maritime, de Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques restent toutefois en vigilance orange pour les crues.

La façade atlantique bénéficie d'un peu de répit. Depuis dimanche soir la carte de vigilance vagues-submersion de Météo-France est redevenue jaune. Depuis vendredi, l'océan était déchaîné avec des vagues grimpant jusqu'à 14 mètres de haut. Toutefois, les départements du Finistère, de Charente-Maritime, de Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques restent en vigilance orange pour les crues. Ce lundi, l'heure est donc bilan et force est de constater que les dégâts matériels sont importants.

Il faut dire que depuis vendredi, les villes et les ports en front de mort ont subi les assauts répétés de l'océan. Par exemple à Roscoff (Finistère), des vagues géantes ont fait voler en éclats les baies vitrées d'une clinique et de trois hôtels. Plus spectaculaire, à Douarnenez, dans le sud Finistère, un centre de thalassothérapie a été dévasté par les vagues. Dans le Sud-Ouest, c'est la côte basque (Pyrénées-Atlantiques) qui a été la plus touchée par les grandes marées de dimanche matin. A Hendaye, un muret de 150 mètres a été endommagé et quelques bâtiment du front de mer inondés.

A Biarritz, les vagues ont également brisé les baies vitrées d'un hôtel, tandis qu'à Saint-Jean-de-Luz, un complexe de thalassothérapie, évacué samedi soir par précaution, a essuyé dimanche matin de fortes vagues qui ont, là encore, brisé plusieurs fenêtres.

A noter qu'à l'heure actuelle, aucun blessé n'est à déplorer.

lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !