Intégration : "Jean-François Copé est un menteur et un irresponsable", selon Jean-Marc Ayrault | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Intégration : "Jean-François Copé est un menteur et un irresponsable", selon Jean-Marc Ayrault
©

Droit de réponse

Intégration : "Jean-François Copé est un menteur et un irresponsable", selon Jean-Marc Ayrault

Le premier ministre affirme également que le gouvernement ne souhaite pas "réintroduire le voile à l'école".

La publication, jeudi soir, du rapport sur l'intégration n'a pas plus à tout le monde. Notamment à Jean-François Copé qui a interpellé dès vendredi matin le premier ministre. "Notre République serait en danger si vous cédiez à cette tentation en mettant en œuvre, ne serait-ce qu'à minima, un rapport dont l'intention est de déconstruire (...) cette République", a-t-il déclaré, faisant notamment référence à la proposition d'autoriser le port du voile à l'école.

Jean-Marc Ayrault n'aura pas tardé à répondre, affirmant qu'il n'avait "évidemment pas" l'intention de permettre la réintroduction des signes religieux à l'école. "M. Copé est à côté de la plaque. Il a un problème, l'UMP a un problème, c'est son électorat qui file de plus en plus vers l'extrême droite et qu'il ne sais pas retenir, a-t-il affirmé. Ce n'est pas parce que je reçois des rapports que c'est forcément la position du gouvernement". Et de conclure : "Faire le procès au gouvernement, que nous voudrions abandonner le modèle républicain d'intégration, est une injure", traitant au passage le président de l'UMP d'"irresponsable" et de "menteur".

A gauche, on a toutefois tenté de désamorcer la bombe, Thierry Mandon, porte-parole des députés PS, rappelant notamment que "ce rapport n'est qu'une des contributions à la réflexion sur l’intégration". Mais difficile de se faire entendre dans le flot des attaques. Nicolas Dupont-Aignan a, lui, estimé que "ce rapport devrait faire l'objet d'un référendum puisqu'il va casser la République définitivement". Des propos proches de ceux de Marine Le Pen, qui a vu dans ce rapport "une très grave provocation, dont la mise en œuvre de ses conclusion signifierait l'abandon définitif du modèle républicain, la mise en place d'une société ultra-communautarisée et divisée".

Interrogé sur le rapport, Manuel Valls a affirmé que l'intégration était "un échec dans notre pays" et que "chacun le constate". Le rapport dont il est question est un travail mené par cinq groupes de réflexion autour du thème de l'intégration en France. Il doit servir de base aux consultations qui auront prochainement lieu sur le sujet, en janvier 2014. Outre, le retour du voile, le rapport évoque la création d'un délit de harcèlement racial ainsi que d'une cour des comptes de l'égalité et préconise l'abandon du mot "intégration".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !