Indice PMI : la France en contraction, reprise partout ailleurs en Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Indice PMI : la France en contraction, reprise partout ailleurs en Europe
©

Pas brillant

Indice PMI : la France en contraction, reprise partout ailleurs en Europe

La croissance a rebondi en zone euro au mois de juillet, sauf en France où l'économie stagne, selon les données publiées jeudi du cabinet Markit qui publie l'indice PMI.

Malgré les incantations de François Hollande, les élans de volontarisme de François Hollande et les envies de croissance de Michel Sapin, rien n'y fait. Selon la dernière enquête de Markit publiée ce jeudi, l'activité a continué de se replier dans le secteur privé français en juillet. La contraction est moins forte qu'en juin mais elle est bien présente. L'indice composite 'flash' de l'activité globale en France s'est un peu redressé à 49,4 ce mois-ci, contre 48,1 en juin.

Seul point positif, dans les services, l'indice 'flash' de l'activité de services s'est établi à 50,4 en juillet contre 48,2 en juin. L'indice 'flash' de la production manufacturière se replie en revanche à 45 contre 47,6 au mois de juin. "Malgré de nouvelles baisses de tarifs accordées par les entreprises, le repli des nouvelles affaires se poursuit dans un contexte de faible demande exacerbant les pressions concurrentielles" indique Jack Kennedy, économiste chez Markit. 

Une mauvaise nouvelle qui est d'autant plus retentissante que la croissance a rebondi en zone euro au mois de juillet. Le PMI composite de la zone euro s'est établi à 54 points, contre 52,8 le mois précédent, a indiqué le cabinet Markit. La France est donc le seul pays où la croissance ne revient pas. De plus en plus inquiétant.

Lu sur ABC Bourse

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !