Incendie de la cathédrale de Nantes : un servant de messe rwandais en garde à vue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Incendie de la cathédrale de Nantes : un servant de messe rwandais en garde à vue
©Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Enquête

Incendie de la cathédrale de Nantes : un servant de messe rwandais en garde à vue

L'homme, bénévole à la cathédrale, est questionné sur son emploi du temps.

Un homme originaire du Rwanda a été arrêté dans le cadre des investigations pour "incendie volontaire" de la cathédrale de Nantes. Interpellé samedi 18 juillet dans la journée, il a été placé en garde à vue.

Selon le Figaro, qui dresse son portrait, il s'agit d'un bénévole du diocèse de Nantes appelé Emmanuel, un Rwandais de confession catholique arrivé en France il y a quelques années. Il cherchait à faire renouveler son visa et "était en discussion avec la Préfecture sur ce point", précise le procureur de la République, Pierre Sennès. 

Le bénévole "était chargé de fermer la cathédrale vendredi soir et les enquêteurs voulaient préciser certains éléments de son emploi du temps", a expliqué le procureur au journal. Ce dernier note que "quelques contradictions ont pu être constatées dans ses propos". Les enquêteurs interrogent également cet homme "sur les conditions de fermeture de la cathédrale" dont il était en possession de toutes les clefs.

Le procureur prend soin de préciser que "toute interprétation qui pourrait impliquer cette personne dans la commission des faits est prématurée et hâtiveIl faut rester prudent quant à l’interprétation de cette garde à vue, c’est une procédure normale".

La piste d’un accident est toujours étudiée. Les trois départs de feu ont en effet eu lieu près d'installations électriques, notamment une armoire électrique dont La Tribune de l'Art explique qu'elle n'était plus aux normes. Des experts incendie du laboratoire de police scientifique et technique de Paris sont arrivés samedi soir. Ils attendent encore le feu vert des pompiers pour accéder à la plateforme où se trouvait le grand orgue.

Jean-Charles Nowak, clerc de la cathédrale, ne croit pas en la culpabilité de cet homme : "Je ne crois pas une seconde qu’il aurait pu incendier la cathédrale. C’est un lieu qu’il adoreC’est un homme de devoir, très gentil, souriant mais plutôt taiseux. Je sais qu’il a beaucoup de problèmes de santé et qu’il a beaucoup souffert au Rwanda. Il a rendu service au Père Champenois qui n’avait personne pour servir la messe le samedi soir. Il était donc également régulièrement servant de messe".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !