Impôts : en 2012, 8 010 foyers ont payé plus de 100% | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Impôts : en 2012, 8 010 foyers ont payé plus de 100%
©

Légère augmentation...

Impôts : en 2012, 8 010 foyers ont payé plus de 100%

Ces chiffres sont issus des données transmises au président de la Commission des finances de l'Assemblée, Gilles Carrez, par Bercy.

Les mesures fiscales prises ponctuellement en été 2012 par le gouvernement ont visiblement eu des conséquences sur l'imposition de certains Français. En effet, selon les données transmises au président de la Commission des finances de l'Assemblée, Gilles Carrez, par le ministère des Finances, 8 010 foyers ont payé plus de 100% d'impôts en 2012. Ainsi, dans le détail, on note que "8 010 foyers fiscaux ont payé en impôts l'an dernier plus de 100% de leur revenu fiscal de référence de l'année 2011. La même année, ils étaient 11 960 foyers à être imposés à plus de 75% de leurs revenus, et 9 910 à l'être à plus de 85%" souligne les Echos.

La contribution exceptionnelle sur la fortune, que le gouvernement Ayrault avait fait voter dans la loi de finances rectificative, était destinée à "compenser ponctuellement le coût du boucler fiscal, qui donnait encore lieu à des remboursements". Cette contribution, qui ne doit pas être reconduite, visait les patrimoines supérieurs à 1,3 million d'euros, mais "pour la première fois depuis 25 ans, elle ne faisait l'objet d'aucun plafonnement, ce qui a accru sensiblement son impact".

Par ailleurs, le journal signale que malgré le bouclier fiscal en vigueur "en 2011, 5 221 foyers étaient déjà imposés à plus de 100% de leurs revenus. Quelque 6 203 l'étaient à plus de 85% de leurs revenus, et 6 343 à plus de 75%." Le changement a effectivement bien eu lieu...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !