Immobilier : les phases de confinements n'auraient pas déclenché un véritable exode urbain | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
immobilier confinement déconfinement coronavirus covid-19 notaires
immobilier confinement déconfinement coronavirus covid-19 notaires
©LOIC VENANCE / AFP

Effet limité ?

Immobilier : les phases de confinements n'auraient pas déclenché un véritable exode urbain

Selon la rédaction de MoneyVox, il n'y aurait pas eu de vaste exode des citadins français hors des grandes villes à la suite de la crise sanitaire et du confinement. Ces chiffres sont notamment basés sur les estimations des notaires.

Alors que de nombreux citadins avaient fait le choix de quitter les grandes villes lors du premier confinement, il n'y aurait pas eu de vaste exode des citadins français hors des grandes villes face à la crise sanitaire et des confinements, selon les estimations des notaires et des informations de MoneyVox.

Les prix ont en effet augmenté cette année dans toutes les principales agglomérations.

« Ce n'est pas l'exode [...] urbain. A l'échelle du territoire français, on ne peut pas dire qu'il y ait eu des bouleversements importants.  Les prix ont augmenté de manière absolue sur toutes les grandes villes en France. Aucune baisse sur un an n'a été observée », selon le notaire Frédéric Violeau, lors d'une présentation d'un bilan annuel du marché immobilier à partir des chiffres de la profession, cité par la rédaction de MoneyVox.

Les épisodes de confinement ont conduit certains observateurs du marché immobilier à s'interroger sur une désaffection à l'égard des grandes villes, face aux possibilités du télétravail. 

Les prix des maisons, qui progressaient jusqu'alors moins vite que ceux des appartements, accélèrent néanmoins.

MoneyVox

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !