Immobilier : la loi Duflot va plafonner les frais d'agence pour lutter contre les abus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Immobilier : la loi Duflot va plafonner les frais d'agence pour lutter contre les abus
©

Foyer, doux foyer...

Immobilier : la loi Duflot va plafonner les frais d'agence pour lutter contre les abus

Le projet de loi sur le logement prévoit aussi d'encadrer les tarifs des syndics et d'obliger les vendeurs de listes à détenir l'exclusivité des logements proposés.

"Manque de confiance", "pratiques abusives", "opacité", "coûts de transaction trop élevés"... Dans Le Parisien de ce mercredi, Cécile Duflot n'est pas tendre avec les professionnels de l'immobilier. La ministre du Logement a dévoilé les grandes lignes de son projet de loi qui entend lutter contre les "pratiques abusives" et "aider les Français à accéder au logement dans de bonnes conditions". 

Parmi les mesures les plus marquantes de ce projet de loi qui sera dévoilé fin juin, les agences immobilières ne pourront plus faire payer systématiquement un mois de loyer aux locataires d'un nouveau bien, rapporte l'AFP. Ainsi, elles ne pourront leur facturer que la moitié de la réalisation de l'état des lieux et de la rédaction du bail. Les autres services sont à la charge du bailleur.

Concernant les syndics - souvent mis en cause pour le manque de transparence de leurs tarifs - le projet de loi va limiter strictement les prestations pouvant faire l'objet d'une tarification supplémentaire par rapport au tarif de base. "Beaucoup trop de syndics ont augmenté leurs tarifs de façon inconsidérée au détriment des copropriétaires. Ce n’est pas normal", estime Cécile Duflot.

Autre mesure : les marchands de listes devront détenir l'exclusivité sur les biens figurant sur les listes qu'ils vendent. Le but étant d'éviter que leurs clients ne se voient proposer des logements déjà loués. 

Lu sur Le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !