Immatriculations de voitures neuves : progression de 3,2% en juin, Renault en hausse mais Peugeot en baisse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les immatriculations de voitures neuves sont en hausse en juin
Les immatriculations de voitures neuves sont en hausse en juin
©Reuters

Du mieux

Immatriculations de voitures neuves : progression de 3,2% en juin, Renault en hausse mais Peugeot en baisse

Selon des chiffres publiés mardi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), la hausse devrait être plus importante que prévue en fin d'année.

Si l'immobilier est dans le doute et la reprise assez molle, celle des ventes de voitures neuves repart. En effet, selon des chiffres publiés mardi par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA), il y a eu une progression de 3,2% des ventes en juin. De ce fait, le président du CCFA, Patrick Blain, en a profité pour relever la prévision pour l'année. La hausse devrait être de 2% environ en fin 2014.

Cependant le président "ne voit pas de raison de s'enflammer"."Sur le fond, c'est un marché quasi-stable, autour de 2% d'augmentation attendu, ce qui correspondrait à un total de 1,826 million de ventes. Dans le meilleur des cas, la hausse du marché peut aller jusqu'à 3%" a-t-il indiqué. 

Dans le détail, les résultats sont différents selon les groupes. Renault peut avoir le sourire puisqu'il a encore réalisé une bonne performance, avec un bond de 24,7% de ses immatriculations. Dacia tire le groupe vers le haut avec 46,9% de hausse de ses ventes. La marque au losange est en forme à +20,4%. En revanche, PSA Peugeot Citroën fait grise mine à -2,3%, Citroën étant en baisse. Quant aux marques étrangères, Volkswagen a perdu 6,5%. Ford et General Motors sont à -8,6% et -25,4%.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !