Ile-de-France : des lycéens bénéficient d'une expérimentation avec des horaires décalés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
Ile-de-France : des lycéens bénéficient d'une expérimentation avec des horaires décalés
©GERARD JULIEN / AFP

Rentrée scolaire

Ile-de-France : des lycéens bénéficient d'une expérimentation avec des horaires décalés

Cinq lycées dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis expérimentent des horaires décalés en cette rentrée 2019. Cette méthode doit permettre d'améliorer le sommeil des élèves et leur réussite en classe.

Une expérimentation est lancée en Ile-de-France en cette rentrée des classes. Cinq lycées franciliens sont concernés en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne. Les élèves commenceront les cours à 9h du matin au mois une fois par semaine et non plus à 8h. Ils bénéficieront ainsi d'une heure de sommeil en plus. 

Les établissements concernés sont le lycée horticole de Montreuil (93), le lycée Eugène-Hénaff de Bagnolet (93), le lycée Aristide-Briand du Blanc-Mesnil (93), le lycée Gourdou-Leuseure de Saint-Maur-des-Fossés (94) et le lycée Jean-Macé de Choisy-le-Roi (94).

Cette décision intervient après la publication d'un rapport rédigé par Karine Franclet, conseillère régionale et principale du collège Michelet à Saint-Ouen.

Cette expérimentation est orchestrée après un appel lancé par Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France. Elle avait publié un message sur Twitter : 

"Je demande à Jean-Michel Blanquer de lancer à la rentrée 2019 une expérimentation régionale: faire commencer tous les cours des lycées à 9h. Ce sera bon pour les apprentissages et la santé de nos 500 000 lycéens, et ça désaturera les transports".

La question du sommeil est un facteur majeur dans le cadre de la réussite scolaire. 

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !