Ile-de-France : 36,7% des Franciliennes ont peur d'être seules le soir dans leur quartier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Ile-de-France : 36,7% des Franciliennes ont peur d'être seules le soir dans leur quartier
©

Peur sur la ville

Ile-de-France : 36,7% des Franciliennes ont peur d'être seules le soir dans leur quartier

Les femmes habitant la région parisienne ne sont pourtant pas davantage victimes d'agressions.

Les femmes franciliennes craignent pour leur intégrité physique. C'est ce que démontre l'enquête "Victimisation et sentiment d'insécurité en Ile-de-France", réalisée en 2011 par l'Institut d'aménagement urbain (IAU) d'IDF. 36,7% des Franciliennes interrogées ont peur d'être seules le soir dans leur quartier, contre 9,7% des hommes. Pourtant, elles ne subissent pas plus de violences puisque 7,3% des Franciliens déclarent en effet avoir été agressés au cours des trois années précédentes, contre 7% des Franciliennes.

Les femmes disent qu'elles ont peur dans les transports en commun. Elles évoquent pourtant (hors domicile) moins de violences physiques: 54% des femmes agressées n'ont subi ni coups ni blessures, contre 43% des hommes. En revanche, 15% des violences déclarées par les Franciliennes agressées sont d'ordre sexuel, contre 2% pour les Franciliens. Cette étude montre donc que le sentiment d'insécurité repart très légèrement à la hausse alors qu'il stagnait ces dernières années.

Par ailleurs Sylvie Scherer, directrice de la mission études sécurité au sein de l'IAU, interrogée par Le Figaro confirme que "le sentiment d'insécurité ressenti par les Franciliennes n'est pas impacté par les risques. Ainsi, c'est en Seine-Saint-Denis que les femmes évoquent le plus ce sentiment d'insécurité, alors que ce sont les Parisiennes qui subissent le plus d'agressions. Et globalement, ce sont les Franciliennes qui sortent le plus souvent seules le soir, qui ont le moins peur dans les transports en commun et dans leur quartier". Enfin, l'enquête démontre que ce ne sont pas les Franciliennes les plus âgées qui se sentent le plus vulnérables. Plus on avance en âge, plus la peur diminue dans les transports en commun.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !