Il y aura d'autres épidémies, avertit l'Organisation mondiale de la santé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Il y aura d'autres épidémies, avertit l'Organisation mondiale de la santé
©Fabrice COFFRINI / POOL / AFP

Mal préparés

Il y aura d'autres épidémies, avertit l'Organisation mondiale de la santé

L'OMS regrette que les Etats dépensent sans compter pour sortir d'une épidémie plutôt que d'empêcher les suivantes.

Ce dimanche 27 décembre est la première Journée internationale de préparation aux épidémies. A cette occasion, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a diffusé une vidéo dans laquelle il se montre pessimiste. "L'histoire nous dit que ce ne sera pas la dernière pandémie et les épidémies sont une réalité de la vie", a déclaré Ghebreyesus dans son message. Pour lui, les tentatives pour améliorer la santé humaine sont "vouées à l'échec" si les causes profondes que sont le changement climatique et le bien-être animal ne sont pas mieux gérées. "La pandémie a mis en évidence les liens intimes entre la santé des humains, des animaux et de la planète", a-t-il ajouté.

"Pendant trop longtemps, le monde a fonctionné selon un cycle de panique et de négligences", poursuit-il dans la vidéo. "Nous jetons de l'argent sur une épidémie et quand elle est terminée, nous l'oublions et ne faisons rien pour empêcher la suivante", note Tedros Adhanom Ghebreyesus qui dénonce un engrenage "dangereusement myope".

L'ancien ministre éthiopien de la Santé estime que la crise du coronavirus n'aurait pas dû être une surprise, du fait des avertissements répétés sur le risque d'une pandémie. Pour éviter que la situation ne se reproduise, il préconise des investissements dans des capacités de préparation pour éviter, détecter et atténuer les urgences de toutes sortes.

RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !