Il "manque" 50.000 fonctionnaires en France par rapport aux objectifs de l'Etat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Il "manque" 50.000 fonctionnaires en France par rapport aux objectifs de l'Etat
©

Que fait Pôle emploi ?

Il "manque" 50.000 fonctionnaires en France par rapport aux objectifs de l'Etat

Il manque notamment 13.300 enseignants, 5000 militaires et 4300 policiers par rapport aux effectifs inscrits dans la loi de finances et votés par le Parlement, rapporte le JDD ce dimanche.

L'Etat a semble-t-il de grosses difficultés de recrutement : il manquait à la fin de 2014 près de 13.300 enseignants, 5.000 militaires et 4.300 policiers par rapport aux effectifs inscrits dans la loi de finances et votés par le parlement, selon un document que la rapporteure du Budget à l’Assemblée, Valérie Rabault, s’apprête à publier. "Ces chiffres concernent les ministères et les organismes qui leur sont rattachés, les emplois étant mesurés en équivalent temps plein", précise l'hebdomadaire.

"Au total, 50.000 postes ne sont pas pourvus, a indiqué cette semaine la députée PS à ses collègues de la commission des Finances", écrit le JDD. Les 60.000 nouveaux agents à l'Éducation nationale et les 5.000 embauches dans la sécurité promis par François Hollande avant son élection n'ont donc pas tous trouvé preneurs, note le journal.

L'écart entre le nombre de postes de fonctionnaires votés et l'effectif réel s'est accentué en 2014, note Valérie Rabault. Elle souligne dans son rapport que  "soit le plafond d'emploi n'est pas assez contraignant, soit [il existe] des difficultés à pourvoir les postes votés".

Côté positif, ce manque de fonctionnaires a aussi des conséquences sur le budget de l'État : il représente une économie de 228 millions d'euros pour 2014.

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !