IBM va supprimer 700 postes en France cette année, selon les syndicats | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
IBM va supprimer 689 postes en France en 2013, sur les 9 700 que compte le groupe dans l'Hexagone.
IBM va supprimer 689 postes en France en 2013, sur les 9 700 que compte le groupe dans l'Hexagone.
©Reuters

Pôle emploi bonjour

IBM va supprimer 700 postes en France cette année, selon les syndicats

Le géant américain de l'informatique IBM a annoncé un plan de suppression de 689 postes en 2013, sur les 9 700 que compte le groupe en France. Une restructuration sans "aucune justification économique" pour les syndicats.

Le couperet est tombé. En 2013, le géant américain de l'informatique IBM va supprimer 689 postes sur les 9 700 qui existent en France. La direction a informé les élus du personnel des détails du plan au cours d'un comité central d'entreprise extraordinaire ce lundi. Fin avril, IBM avait déjà annoncé la suppression de 1 226 emplois avant fin 2014, rappelle Le Parisien.

Une restructuration sans "aucune justification économique", selon les syndicats. "Ils ont décidé de supprimer 689 postes d'ici le mois de septembre via un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). A cela s'ajoutent 129 postes soumis à une obligation de mobilité, c'est-à-dire des gens qui sont à Marseille, par exemple, à qui on va demander d'aller à Lille", a affirmé à l'AFP Gérard Chameau, délégué central CFDT. Ce dernier estime qu'il y a un "fort risque de refus de la part de ces salariés, ce qui entraînerait forcément des licenciements".

Contactée par l'AFP, la direction d'IBM France n'a pas confirmé le nombre de postes avancés par les syndicats. "Nous allons tout faire pour éviter les départs contraints", a seulement assuré un porte-parole.

En 2012, le chiffre d'affaires de l'entreprise s'élevait à 3 milliards d'euros, rappelle BFM TV.

Lu sur Le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !