Hommage aux victimes de Mohamed Merah : Hollande rappelle que la sécurité des Juifs de France est une "cause nationale" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Hommage aux victimes de Mohamed Merah : Hollande rappelle que la sécurité des Juifs de France est une "cause nationale"
©

Discours

Hommage aux victimes de Mohamed Merah : Hollande rappelle que la sécurité des Juifs de France est une "cause nationale"

Le président français a également affirmé à Toulouse que la France est déterminée à combattre "sans relâche" l'antisémitisme.

Dans son hommage donné ce jeudi à Toulouse aux victimes de Mohamed Merah, François Hollande est revenu sur différents sujets. Il a en effet rappelé que la France était déterminée à combattre "sans relâche" l'antisémitisme, étant donné que la sécurité des Juifs est "une cause nationale". Il a ainsi déclaré : Je veux rappeler devant vous la détermination de la République française à combattre l'antisémitisme. Il sera pourfendu dans toutes ses manifestations, les actes mais aussi les mots. Il sera pourchassé partout", ajoutant que "les Juifs de France doivent savoir que la République met tout en oeuvre pour les protéger. La garantie de leur sécurité est une cause nationale. Elle n'est pas l'affaire des Juifs, mais celle des Français dans leur ensemble".

Le président français est par ailleurs revenu sur l'enquête qui a révélé selon "certaines failles dans l'organisation de notre renseignements" assurant néanmoins que "toute la lumière sera faite" et que "contre le terrorisme, la France est sans faiblesse".

Le chef d'Etat a ainsi pris le début après le chef de l'établissement scolaire Ohr-Torah, Yaacov Monsonego, dans lequel plusieurs enfants juifs avaient été abattus par le tueur au scooter. Il s'est ainsi souvenu, très ému, d'un "acte monstrueux de haine qui a pulvérisé [son] univers". Yaacov Monsonego a en effet perdu sa fille de 7 ans Myriam tuée par Mohamed Merah. Après son intervention, le président français comme Benyamin Netanyahou l'ont chaleureusement étreint avant de laisser la parole à Samuel Sandler, et Eva Sandler, respectivement père et veuve de l'enseignant assassinés.

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !