Hommage aux victimes de l'attentat de Nice : "Ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est l'unité nationale" a estimé François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Hommage aux victimes de l'attentat de Nice : "Ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est l'unité nationale" a estimé François Hollande
©Reuters

Recueillement

Hommage aux victimes de l'attentat de Nice : "Ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est l'unité nationale" a estimé François Hollande

Le président de la République a également déclaré qu'il fallait "connaître toute la vérité sur ce qui s'est passé".

L'heure était au recueillement. Sur la colline du Château, un hommage national a été rendu ce samedi aux victimes de l'attentant de Nice, le 14 juillet dernier. Initialement, la cérémonie devait avoir lieu vendredi 14 octobre mais elle a été reportée en raison des conditions météorologiques. Après la lecture d'un texte par un membre d'une famille de victimes, le chanteur Julien Clerc a chanté le titre "Utile".  Les noms des 86 personnes tuées par Mohamed Lahouaiej Bouhlel ont été énumérés et une rose blanche a été déposée pour chacune d'entre elles par des élèves d'un lycée de Nice.

François Hollande était présent (ainsi que des membres du gouvernement et de nombreux responsables politiques parmi lesquels Nicolas Sarkozy, Alain Juppé ou Marine Le Pen) et a prononcé un discours. Saluant "avec émotion les familles qui ont été frappées dans leur coeur et leur chair" le 14 juillet dernier qui devait pourtant être "une joie" et qui fut finalement "un enfer", il a dénoncé "la visée monstrueuse "des terroristes, qui est de "susciter la peur pour alimenter la méfiance et la stigmatisation". Il a ajouté : "Je sais que je peux compter sur chaque Française, chaque Français, pour être vigilant face au risque" estimant que "ce qui a été frappé le 14 juillet, c'est l'unité nationale".

Le président de la République a également assuré lors de son discours que "nous devons connaître toute la vérité sur ce qui s'est passé" le jour du drame, avant d'affirmer "la détermination sans faille pour lutter contre le terrorisme".

La cérémonie intervient alors que l'enquête sur l'attentat se poursuit. Les enquêteurs ont établi que son auteur, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien installé à Nice depuis plus de dix ans, avait loué un lourd camion et repéré les lieux les jours précédents. A ce stade, les enquêteurs n'ont pas établi ses liens directs avec le groupe Etat islamique qui a revendiqué l'attentat.

>>>> A lire aussi : Carnage de Nice : la double erreur de François Hollande

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !