Hollande à Marseille : Gaudin l'appelle 'Monsieur le Premier ministre" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Claude Gaudin a appelé François Hollande "Monsieur le Premier ministre"
Jean-Claude Gaudin a appelé François Hollande "Monsieur le Premier ministre"
©Reuters

Lapsus

Hollande à Marseille : Gaudin l'appelle 'Monsieur le Premier ministre"

Le sénateur-maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a commis une bourde assez insolite mardi, lors de l’inauguration du MuCEM, confondant François Hollande avec le Premier ministre.

C'est ce qui s'appelle mettre les pieds dans le plat. Alors que François Hollande s'est rendu ce mardi à Marseille pour l'inauguration du Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM), il a été reçu par le sénateur-maire UMP de la ville : Jean-Claude Gaudin. Une classique conférence de presse a lieu pour ce genre d'événement. Mais là, patatras, la langue de Jean-Claude Gaudin va fourcher. Il va commettre un lapsus assez comique en confondant François Hollande avec le Premier ministre, sous le regard amusé du chef de l’Etat.

"Monsieur le Premier ministre", a commencé le maire en s’adressant au président de la République avant de se reprendre, devant un parterre d’invités soufflé : "Monsieur le Président de la République". "J’ai une faiblesse pour Jean-Marc Ayrault", s’est-il ensuite excusé.

D’humeur badine, le sénateur-maire de Marseille a ensuite ponctué son intervention par une référence au "mariage pour tous", alors que des opposants à la loi autorisant le mariage homosexuel manifestaient en marge du déplacement du chef de l’Etat. Cette inauguration du MuCEM, "c’est un mariage pour tous, tous ensemble, tous unis, tous solidaires. Allez, vous êtes le bienvenu à Marseille", a lancé le sénateur. "Je pensais venir à une inauguration, je suis convié à un mariage, j’accepte bien volontiers la proposition", lui a alors répondu, sur le même ton, François Hollande.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !