Rumeur : Hillary Clinton aurait voulu faire tuer Julian Assange | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Rumeur : Hillary Clinton aurait voulu faire tuer Julian Assange
©Reuters

Mauvaises intentions

Rumeur : Hillary Clinton aurait voulu faire tuer Julian Assange

"Ne pouvons-nous pas simplement 'droner' cet homme?", aurait demandé l'ancienne Secrétaire d'Etat à ses collaborateurs lors d'une réunion en novembre 2010.

Selon une information publiée par le site "True Pundit", la candidate démocrate à la Maison Blanche aurait demandé lors d'une réunion en novembre 2010 comment parvenir à tuer Julian Assange, le fondateur de Wikileaks. "Ne pouvons-nous pas simplement 'droner' cet homme?", aurait-elle demandé à ses collaborateurs, alors qu'elle était Secrétaire d'Etat. Ceci dit cette information, bien que reprise par WikiLeaks, n'a pas été corroborée. 

Le site base ses affirmations sur des sources travaillant au sein même du Département d'État, et soutient que Hillary Clinton se serait explicitement interrogée sur la possibilité de tuer Julian Assange, en raison de la lenteur de la stratégie visant à faire tomber WikiLeaks et son fondateur, Julian Assange. True Pundit évoque également la possibilité que la tête d'Assange ait été mise à prix, et avance même une somme de 10 millions de dollars comme possible récompense pour sa capture et éventuellement son extradition. 

Le site True Pundit explique également disposer d'une une copie de l'email envoyé par une employée du Département d'État après cette rencontre du 23 novembre 2010 intitulé évoquant les possibilités d'employer des moyens "légaux ou non-légaux" pour faire tomber Wikileaks. 

>>>> A lire aussi : Aux sources de la guerre féroce de Julian Assange et WikiLeaks contre Hillary Clinton

Lu sur Washington Examiner

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !