Henri Guaino : "Le FN est trop populiste, trop poujadiste pour se confondre" avec l'extrême droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Henri Guaino livre sa vision du Front national
Henri Guaino livre sa vision du Front national
©Reuters

Attaque en règle

Henri Guaino : "Le FN est trop populiste, trop poujadiste pour se confondre" avec l'extrême droite

Le député UMP des Yvelines s'attaque au parti de Marine Le Pen dans une tribune publiée dans Le Monde de ce mardi.

"Le FN, populiste et poujadiste". C'est l'intitulé de la tribune d'Henri Guaino publiée dans Le Monde, daté du 17 décembre. Le député UMP des Yvelines y donne sa vision du FN et de sa présidente, Marine Le Pen.  Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée s'en prend vivement au parti de Marine Le Pen.

Henri Guaino commence en se posant trois questions : "Le FN est-il le nouveau nom de l'extrême droite ?", "Est-il un fascisme ?", "Est-il le nom du racisme ?". A chacune de ces interrogations le député UMP des Yvelines répond par la négative. "Le FN est trop populiste, trop poujadiste pour se confondre" avec l'extrême droite, juge-t-il. Ou encore d’assurer que "si le FN est fasciste, nazi, raciste, il est inconséquent de ne pas demander son interdiction. Mais qui la demande ? Au regard des lois de la République, c'est donc un parti comme les autres. Au regard de l'idéologie, pas vraiment ".

Henri Guaino emploie un ton sans doute volontairement provocateur et qui devrait largement faire réagir. Dans la suite de sa tribune,  l'ancienne plume de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy compare le FN de Jean-Marie Le Pen à celui de sa fille, Marine. "Les partis ont une histoire. Celle du FN a commencé en 1972 par la réunion de groupuscules qui venaient, pêle-mêle, de l'extrême droite, du nationalisme, du fascisme authentique, des nostalgiques de la Collaboration, ou encore de l'OAS. (...) Marine Le Pen, elle-même, toute fille de son père qu'elle soit, y veille avec de plus en plus de vigilance et exclut à tour de bras les récalcitrants. Dont acte " écrit-il dans Le Monde. Et de poursuivre sur le même thème : "Les idées affichées par le FN aujourd'hui n'ont plus rien à voir avec celles au nom desquelles il a été créé. Dont acte aussi".

Toutefois Henri Guaino concède que le Front national a bel et bien sa place dans le jeu démocratique actuel et explique pour quelles raisons. " On peut être en désaccord avec le FN sur l'immigration, l'insécurité, le protectionnisme, l'Europe, la laïcité, on peut détester le ton qu'il emploie, juger ses idées irréalistes, déraisonnables, démagogiques, populistes, poujadistes, mais pas illégitimes dans le débat démocratique ".

"D'où vient alors ce malaise indicible que j'éprouve comme tant d'autres face à ce parti et qui m'empêchera toujours de pactiser avec lui ? " s'interroge tout de même le député des Yvelines. Sa réponse est une nouvelle fois tranchée et ne laisse place à aucun doute. " Il vient du sentiment, dont je ne peux pas me défaire, qu'il y a dans sa conception du pouvoir quelque chose de monstrueusement inhumain et que le problème posé par le FN est dans ce que j'appellerais, au risque assumé de la polémique, son ADN ".

Le député, qui revendique l'héritage du général de Gaulle, envisage une solution. " Le seul remède est de reconstruire entre l'UDI et le FN un vrai parti gaulliste, humaniste, populaire, capable de parler à tous les Français avec le cœur et la raison de la nation, de l'Etat et de la République ".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !