Henri Guaino : "J'ai pensé, et je pense encore, à rendre ma carte de l'UMP" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Henri Guaino : "J'ai pensé, et je pense encore, à rendre ma carte de l'UMP"
©REUTERS/Pascal Rossignol

Clash

Henri Guaino : "J'ai pensé, et je pense encore, à rendre ma carte de l'UMP"

C'est ce que le député des Yvelines a affirmé après la désignation de Valérie Pécresse comme tête de liste pour les régionales en Ile-de-France.

"J'ai pensé, et je pense encore, à rendre ma carte de l'UMP", a déclaré Henri Guaino invité de BFMTV et de RMC ce vendredi 6 février. Le député des Yvelines a poussé un coup de gueule et exprimé son "dégoût de la politique politicienne". La raison ? Alors que l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Elysée appelait de ses voeux l’organisation d’une primaire pour désigner le candidat de l'UMP en Ile-de-France, la commission des investitures du parti, dont il fait partie, a désigné à l’unanimité Valérie Pécresse jeudi 5 février. Henri Guaino qui envisageait de se présenter n’a pas supporté cette façon de faire.

"Je ne comprends pas pourquoi on n'organise pas une primaire pour les régionales alors que l'on présente ce procédé comme idéal pour la présidentielle, pourquoi on n'interroge pas les adhérents. J’en ai assez de ces petites combinaisons entre amis où les notables se réunissent, font leurs affaires", a-t-il expliqué.

"Je me suis posé la question [de quitter l’UMP] et je me la pose toujours. Et je pense que je vais me la poser encore", a-t-il déclaré au micro de Jean-Jacques Bourdin. Avant d’annoncer avoir renoncé "pour le moment" à quitter le parti car ses adversaires n’en seraient que trop contents. "Au fond ils n’attendent que ça. Tout ce qui les dérange doit être éliminé", s’est-il justifié.  

Avant d’ajouter "Si on ne pratiquait pas la politique politicienne dans notre parti et dans tous les partis, les Français seraient peut-être moins dégoûtés, on s’occuperait un peu plus des affaires du pays".

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !