Hayat Boumeddiene : la veuve d'Amedy Coulibaly affirme ne pas être impliquée dans les attentats de janvier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Hayat Boumeddiene : la veuve d'Amedy Coulibaly affirme ne pas être impliquée dans les attentats de janvier
©

Sur les terres de l'EI

Hayat Boumeddiene : la veuve d'Amedy Coulibaly affirme ne pas être impliquée dans les attentats de janvier

La compagne du preneur d'otages de l'Hyper Cacher a directement appelé les téléphones de ses frères et sœurs et leur a parlé, selon RTL.

Selon une information de RTL, Hayat Boumeddiene a contacté ses proches ce dimanche 26 avril. Activement recherchée par les services de renseignement français et ce dès le meurtre de la policière en janvier dernier, la compagne d'Amedy Coulibaly, l'auteur de l'attentat contre l'Hyper Cacher et meurtrier de cette gardienne de la paix, a directement appelé les téléphones de ses frères et sœurs et leur a parlé durant plusieurs minutes.

La jeune femme de 26 ans avait quitté la France dès janvier pour la Syrie. Lors de cette communication, elle a confirmé se trouver sur le territoire de l'État islamique, sans préciser le lieu. Interviewée dans le deuxième numéro de "Dar al Islam", un journal de propagande islamiste, en février dernier, explique à ses proches qu'elle a dû demander l'autorisation pour donner cet entretien, de même que pour les contacter.

Elle leur a aussi raconté son quotidien : elle passe ses journées à apprendre l'arabe, lire le Coran et fréquenter des femmes. Enfin, sûrement pour les déouanner, elle leur a affirmé ne pas être impliquée dans les attentats de janvier à Paris et ignorer tout des intentions et donc des actes de son mari, Amedy Coulibaly. Ce serait à sa demande qu'elle serait partie en Syrie. Il lui aurait même dit : "Ne t'inquiète pas, je te rejoindrai bientôt".

Hayat Boumeddiene a rencontré Amedy Coulibaly en 2007 et s'est rapidement tournée vers l'islam, portant le voile en 2009, puis se radicalisant en 2010. La jeune femme n'avait pas donné de signes de vie à ses amis depuis le début de l'année. "Il faut qu'elle se repente et demande pardon pour ce qui s'est passé. Ensuite, la France reste son pays. Il faut que sa justice puisse être rendue" avait dit une de ses proches. 

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !