Haute-Savoie : deux adolescentes "radicalisées", soupçonnées d'avoir voulu rejoindre la Syrie, sont rentrées chez elles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Haute-Savoie : deux adolescentes "radicalisées", soupçonnées d'avoir voulu rejoindre la Syrie, sont rentrées chez elles
©

Soulagement

Haute-Savoie : deux adolescentes "radicalisées", soupçonnées d'avoir voulu rejoindre la Syrie, sont rentrées chez elles

Les enquêteurs soupçonnent Louisa et Israé, âgées respectivement de 16 ans et 15 ans, d'avoir tenté de rejoindre les rangs du groupe État islamique.

Quelques heures après son amie Louisa, Israé, une lycéenne de Haute-Savoie soupçonnée de vouloir rejoindre les rangs du groupe État islamique en Syrie, est rentrée à son tour dans sa famille dimanche soir. C’est le journal Le Parisien qui a révélé l’information, confirmée peu de temps après par le parquet d’Annecy. Pour l’heure, les motifs de leurs départs ne sont pas encore officiellement connus. L’adolescente n’en était visiblement pas à sa première fugue. "Il y a deux ans, j'ai déjà pu la récupérer et la sauver in extremis, a confié sa mère au Parisien. Je l'ai rattrapée à la gare." La mère d'Israé estime que sa fille s'est fait "embobiner" et souhaitait "partir aider les enfants en Syrie, pour servir une bonne cause." L'adolescente était déjà suivie pour radicalisation et avait été placée en foyer, avec "interdiction de sortie du territoire".

Louisa, 15 ans, sa camarade de fugue, était rentré à son domicile familial dimanche vers 16 heures. "Elle a vu sa mère à la télévision et elle a laissé tomber sa copine", a  expliqué le père de la jeune fille à France 2. La mère de Louisa avait en effet lancé un appel à sa fille plus tôt dans la journée et la suppliant de se rendre "dans la première gendarmerie, dans le premier poste de police" et de rentrer à la maison. L'adolescente a été entendue dimanche soir par les enquêteurs, mais rien n'a encore filtré.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !