Guerre en Ukraine : un réacteur de la centrale nucléaire de Zaporijjia a été mis à l'arrêt après des frappes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
L'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine, sous le contrôle des forces russes, a été arrêté.
L'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine, sous le contrôle des forces russes, a été arrêté.
©AFP

Site sensible

Guerre en Ukraine : un réacteur de la centrale nucléaire de Zaporijjia a été mis à l'arrêt après des frappes

Kiev et Moscou s'accusent mutuellement d'avoir bombardé la centrale, aux mains des forces russes.

L'un des réacteurs de la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine, sous le contrôle des forces russes, a été arrêté, selon les précisions ce samedi de la compagnie ukrainienne de l'énergie atomique, après des frappes dont Kiev et Moscou s'accusent mutuellement.

« A la suite de l'attaque de la centrale nucléaire de Zaporijjia, le système de protection d'urgence s'est déclenché sur l'un des trois réacteurs en état de marche, qui s'est éteint », a indiqué Energoatom dans un message sur Telegram.

Selon cette source, les bombardements ont « gravement endommagé » une station renfermant de l'azote et de l'oxygène et un « bâtiment auxiliaire ». « Il existe toujours des risques de fuite d'hydrogène et de substances radioactives, et le risque d'incendie est également élevé ».

« Le bombardement (...) a causé un risque sérieux pour le fonctionnement en toute sécurité de la centrale », a précisé Energoatom, tout en révélant toutefois qu'elle continue de produire de l'électricité et que le personnel ukrainien continue d'y travailler.

Les autorités ukrainiennes ont accusé vendredi les forces russes d'avoir effectué trois frappes près d'un réacteur de la centrale de Zaporijjia, dans le Sud, bien que Moscou contrôle ce territoire depuis le début de l'invasion. L'armée russe a de son côté affirmé que les forces ukrainiennes sont à l'origine de ces frappes, qui ont provoqué un incendie qui a été éteint.

Le 21 juillet, la Russie avait déjà accusé les forces ukrainiennes d'avoir frappé au drone sur le territoire de cette centrale nucléaire, la plus grande d'Europe. Kiev assure en outre que Moscou stocke des armes lourdes et des munitions sur le territoire de la centrale, occupée depuis mars par les forces russes.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !