Grippe aviaire : H7N9 s'étend en Chine et arrive à Pékin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Plusieurs centaines de volailles ont été abattues depuis l'apparition du virus H7N9 à Pékin.
Plusieurs centaines de volailles ont été abattues depuis l'apparition du virus H7N9 à Pékin.
©REUTERS/China Daily

Épidémie

Grippe aviaire : H7N9 s'étend en Chine et arrive à Pékin

Un premier cas du virus H7N9 a été relevé dans la capitale chinoise.

Mauvaise nouvelle, la grippe aviaire s'étend en Chine. L'agence Chine nouvelle a en effet indiqué dimanche que deux habitants du Henan, une province du centre de la Chine, avaient contracté la nouvelle souche du virus de la grippe aviaire, H7N9. Il s'agit donc des premiers cas signalés dans cette région de l'Empire du Milieu.

Si l'une des deux personnes est dans un état stationnaire, l'autre a été hospitalisée dans un état critique. Pour rappel, treize personnes sont déjà décédées suite à ce virus en Chine tandis que 60 cas d'infection ont déjà été enregistrés dans le pays. Trois cas ont par ailleurs été relevés à l'extérieur des foyers initiaux de l'est de la Chine.

Le virus a en effet fait son apparition à Pékin comme l'a indiqué le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies qui a confirmé qu'un enfant âgé de 7 ans avait contracté le virus dans la capitale chinoise. Il s'agissait ainsi du premier cas signalé en dehors de la Chine orientale. La fillette, qui est actuellement suivie et en traitement dans le centre hospitalier de Ditan à Pékin, aurait eu les premiers symptômes de la grippe aviaire jeudi. La jeune fille dont les parents sont des commerçants spécialisés dans la volaille s'était en effet plainte de maux de tête, de toux mais aussi de fièvre. 500 volailles ont ainsi été abattues dans la banlieue de Pékin par mesure de précaution.

Si l'Organisation mondiale de la santé ne tire toujours pas a sonnette d'alarme quant à cette épidémie, elle reste néanmoins sur le qui-vive. Michael O'Leary, représentant de l'OMS en Chine, se veut ainsi rassurant indiquant que "rien ne permet de prévoir comment la maladie va se propager, mais il n'est pas surprenant que nous ayons de nouveaux cas dans des lieux différents, comme cela a été le cas à Pékin". 

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !