Grève SNCF : selon Guillaume Pépy, le mouvement de contestation a déjà coûté 80 millions d'euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Grève SNCF : selon Guillaume Pépy, le mouvement de contestation a déjà coûté 80 millions d'euros
©

Très cher

Grève SNCF : selon Guillaume Pépy, le mouvement de contestation a déjà coûté 80 millions d'euros

Malgré les appels à reprendre le travail, les cheminots des syndicats CGT et SUD-Rail continuent pour la sixième journée consécutive leur grève.

Nouvelle journée difficile en perspective pour les usagers de la SNCF. Pour la sixième journée consécutive en effet les cheminots sont en grève. Ils contestent le projet de réforme ferroviaire, qui sera examiné à partir du 17 juin à l'Assemblée nationale, et qui a pour objectif de stabiliser la dette du secteur et de préparer l'ouverture totale à la concurrence. Mais ce mouvement social n'est pas sans conséquence. En plus des répercussions sur les usagers, il y a des retombées économiques. Ainsi, ce lundi sur BFMTV-RMC, le président de la SNCF Guillaume Pepy a estimé à 80 millions d'euros le coût de cette grève.

A LIRE AUSSI - "Aussi pires" pour la démocratie que les 1% les plus riches, les 0,0003% (de grévistes SNCF) qui imposent leur volonté au pouvoir politique ?

"Il y a d'une part le coût lié aux trains qui ne circulent pas", a-t-il fait valoir, chiffrant le manque à gagner en termes de recettes "entre 40 et 50 millions d'euros". S'y ajoute l'indemnisation exceptionnelle pour les abonnés au train dévoilée vendredi, sous la forme d'une réduction de 20 % sur le prix du coupon mensuel en juillet. "Et si, par malheur, la grève continuait, elle passerait à 33 %, soit un tiers de réduction du prix du billet", a-t-il indiqué. Cette indemnisation va coûter "une trentaine de millions d'euros" à la compagnie ferroviaire, détaille Guillaume Pépy. "Donc, le coût global atteint déjà 80 millions d'euros", assure-t-il.


SNCF : Guillaume Pépy demande la fin de la grève by RMC

Malgré les appels pressants à reprendre le travail, les cheminots, notamment CGT et SUD-Rail, continuent leur grève et aucune sortie de crise ne s'esquisse avant le débat parlementaire. 

<<<<<<<<<<< A lire aussi sur le sujet : "Aussi pires" pour la démocratie que les 1% les plus riches, les 0,0003% (de grévistes SNCF) qui imposent leur volonté au pouvoir politique ? >>>>>>>>>>>>>>>

Pour rappel, ce lundi la SNCF prévoit en moyenne deux TGV sur trois sur l'axe Est, 1 sur 2 sur les axes Nord et Atlantique, 1 sur 3 sur l'axe Sud-Est et les relations Province-Province. En moyenne, 4 trains intercités sur 10 rouleront, un TER sur deux, et en Ile-de-France 4 trains sur 10. Le trafic sera normal sur Thalys et Eurostar. Sur Lyria il est prévu un train sur deux. En direction de l'Italie et de l'Espagne, un sur trois.

 

 

lu sur RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !