Grève SNCF : le soutien des Français continue de baisser | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Grève SNCF : le soutien des Français continue de baisser
©LUDOVIC MARIN / AFP

Pas content

Grève SNCF : le soutien des Français continue de baisser

59% des Français trouvent désormais le mouvement de protestation des cheminots "injustifié", selon un sondage Ifop pour le JDD.

A ce rythme, il va être de plus en plus difficile pour les cheminots de poursuivre leur mouvement de grève, dont le sixième épisode se déroule ce weekend. L'opinion publique semble de moins en moins favorable à cette grève perlée (deux jours de grève, trois jours de travail), selon une série de sondage Ifop pour le JDD.

La dernière livraison de cette enquête montre que seuls 41% des Français estiment désormais la grève "justifiée" (-2 en une semaine, -5 en deux semaines), contre 59% (+2) qui jugent "pas justifié". C'est le plus faible taux de soutien enregistré depuis le lancement, à la mi-mars, de ce baromètre quasi hebdomadaire de l'Ifop. Les chiffres de l'Ifop montrent que depuis mi-mars, le soutien à la grève s'est d'abord renforcé, jusqu'à 47%, avant de baisser dès la mi-avril. "On peut l'expliquer par deux raisons, note Frédéric Dabi : les désagréments liés à la grève et le fait que les Français n'ont pas compris le but, la finalité de ce mouvement."

62% des Français (+1 par rapport au précédent sondage) souhaitent que le gouvernement aille "au bout de la réforme de la SNCF telle qu'elle a été annoncée, sans céder aux mobilisations et aux grèves". Ils n'étaient que 51% fin mars.

Sondage réalisé en ligne les 26 et 27 avril auprès d'un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !