Grève des taxis : "dissoudre UberPop, ce n'est pas vivre dans son siècle" affirme Jean-François Copé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Grève des taxis : "dissoudre UberPop, ce n'est pas vivre dans son siècle" affirme Jean-François Copé
©

Prise de position

Grève des taxis : "dissoudre UberPop, ce n'est pas vivre dans son siècle" affirme Jean-François Copé

Le député-maire de Meaux est revenu, sur France Info, sur les grèves qui secouent la France ce mardi.

Jean-François Copé revient et s'engage. Invité sur France Info, le député-maire de Meaux n'est pas favorable à l'interdiction de Uber, visé par une forte mobilisation des taxis. "Il faut acter que nous sommes entrés dans un nouveau siècle et que la vie aujourd'hui est profondément bouleversée" affirme-t-il. Alors que faut-il faire ? "On ne supprime rien du tout, on essaye de voir comment  tenir compte de ces nouvelles adaptations qui sont en fait inéluctables" avance-t-il. "Il faut qu'on allège un certain nombre de contraintes qui pèsent sur les taxis et qui ne pèsent pas sur les VTC. Pour lui,  "imaginer, comme l'avait fait le président de la République pour répondre à une manifestation, d'interdire, il avait même dit 'dissoudre' UberPop, je crois que ce n'est vivre dans son siècle." 


Concernant les fonctionnaires, il souhaite "repenser la manière dont l'Etat gère les ressources humaines dans la Fonction publique" notamment en mettant "fin à l'emploi à vie pour les nouveaux entrants. Il faut l'assumer." Quant aux 35h, Jean-François Copé favorise l'idée "du référendum d'entreprise de manière systématique" dans les entreprises." Un vrai programme présidentiel, non ? "Ce serait absurde de répondre aujourd'hui" à la question d'une quelconque candidature. "Laissons d'abord de la place au débat !" tranche-t-il.

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !