Grève à la SNCF : Edouard Philippe déplore un "détournement du droit de retrait" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Grève à la SNCF : Edouard Philippe déplore un "détournement du droit de retrait"
©BERTRAND LANGLOIS / AFP

Mouvement social

Grève à la SNCF : Edouard Philippe déplore un "détournement du droit de retrait"

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé ce samedi sur le "mouvement social inopiné" à la SNCF. Aucun Ouigo ne circule ce samedi. Les TER et les TGV sont également touchés.

Le Premier ministre a tenu à s'exprimer sur le mouvement social qui touche actuellement la SNCF. Edouard Philippe a dénoncé un "détournement du droit de retrait" exercé par les agents SNCF et a évoqué "une grève sauvage à l'impact inacceptable pour des dizaines et des dizaines de milliers de Français".

Edouard Philippe effectuait une visite au Centre national des opérations ferroviaires à Paris. Il était accompagné du PDG de la SNCF Guillaume Pépy et du secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari. 

Le Premier ministre s'est également exprimé sur des potentiels recours : 

"J'ai demandé à la SNCF d'examiner toutes les suites, y compris judiciaires, qui pouvaient être données lors des gens ne respectent pas la loi."

Le trafic SNCF et la circulation des trains régionaux sont très fortement perturbés. Ce mouvement intervient alors que les vacances scolaires viennent de débuter. Aucun train Ouigo ne circule ce samedi. Le réseau TER et des lignes franciliennes sont aussi perturbés. Des TGV sont également affectés dans les régions Atlantique-Ouest et Sud-Est avec 9 trains sur 10 prévus. Les syndicats et la direction de la SNCF n'ont pas trouvé d'accord ou de compromis. 

Les contrôleurs et les conducteurs ont exercé leur droit de retrait après un accident qui a fait onze blessés mercredi. Lors de cet incident, le conducteur du train était le seul personnel de la SNCF présent à bord du train. 

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !