Grenelle des violences conjugales : Edouard Philippe dévoile un plan de 5 millions d'euros afin de créer 1.000 places d'hébergement d'urgence | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Grenelle des violences conjugales : Edouard Philippe dévoile un plan de 5 millions d'euros afin de créer 1.000 places d'hébergement d'urgence
©ERIC FEFERBERG / AFP

Mesures

Grenelle des violences conjugales : Edouard Philippe dévoile un plan de 5 millions d'euros afin de créer 1.000 places d'hébergement d'urgence

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé des "mesures d'urgence visant à renforcer la protection des victimes" dans le cadre de l'ouverture du Grenelle des violences conjugales.

Le Premier ministre s'est exprimé ce mardi 3 septembre dans le cadre du début du Grenelle des violences conjugales. 

Edouard Philippe a annoncé un plan de cinq millions d'euros afin de créer 1.000 places d'hébergement d'urgence pour les femmes victimes de violences conjugales et notamment pour les mères de famille. Cette mesure sera mise en place à partir du 1er janvier 2020. 250 places seront accessibles "dans les centres d'hébergement d'urgence, pour assurer des mises en sécurité immédiates" et 750 places vont être proposées dans des "logements temporaires", pour des périodes entre six mois et un an. 5.000 places sont déjà accessibles. 

Edouard Philippe a également cité les témoignages de victimes. Il a aussi évoqué l'accueil des femmes au commissariat lorsqu'elles souhaitent porter plainte : 

"Nous n'avons pas fait le nécessaire pour que la bonne réponse soit donnée dans ces circonstances. Le ministre de l'Intérieur va lancer un audit dans 400 commissariats et gendarmeries, afin d'examiner la façon dont les femmes de victimes conjugales sont accueillies, afin d'identifier les dysfonctionnements et de les corriger".

Edouard Philippe veut également "encourager le dépôt de plainte à l'hôpital" :

"Quand une femme se rend aux urgences pour coups et blessures, c’est déjà suffisamment pénible. Si elle doit retourner chez elle avant de porter plainte, elle retrouvera son conjoint qui risque de la menacer".

Lorsqu'une plainte aura été déposée, la justice pourra suspendre ou aménager l'exercice de l'autorité parentale du conjoint violent. Elle sera suspendue dès la phase d'enquête ou d'instruction en cas d'assassinat. 

Le Premier ministre envisage d'imposer le port du bracelet électronique pour les personnes condamnées pour violence conjugale et en cas d'ordonnance de protection.  

Des "procureurs référents spécialisés" dans les violences conjugales seront identifiés "dans les 172 tribunaux de France métropolitaine et outre-mer", et des chambres d’urgences seront expérimentées, a en outre annoncé le Premier ministre.

"Nous expérimentons ces chambres d’urgence pour que les dossiers soient traités en 15 jours avec une meilleure articulation des différents acteurs judiciaires. la première expérimentation aura lieu à Créteil".

Avant le discours d'Edouard Philippe pour ouvrir le Grenelle des violences faites aux femmes, la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa a donné la parole à des proches de victimes. 

Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !