Greenpeace : des militants répandent cinq tonnes de charbon devant l'Elysée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Greenpeace :  des militants répandent cinq tonnes de charbon devant l'Elysée
©

Pas contents

Greenpeace : des militants répandent cinq tonnes de charbon devant l'Elysée

L'association réclame une transition énergétique vers moins de charbon en Allemagne et moins de nucléaire en France.

Action coup de poing de grande envergure ce mercredi matin. L'ONG Greenpeace a déversé cinq tonnes de charbon devant l'Elysée, et cela quelques heures seulement avant un Conseil des ministres franco-allemand. L'association a expliqué par ce geste réclamer une transition énergétique vers moins de charbon en Allemagne et moins de nucléaire en France. En clair : l'ONG demande un objectif ambitieux de 45% d'énergies renouvelables en Europe en 2030.

Concrètement, une dizaine de militants de Greenpeace ont garé un camion à proximité de l'Elysée, avant de déverser le charbon, symbole d'une énergie très polluante et encore beaucoup consommée en Allemagne. Selon un porte-parole de l'ONG, le véhicule était aussi chargé de deux cuves de 2 000 litres d'eau contaminée au tritium et recueillie aux environs de La Hague. Toutefois,  conditionnée, cette eau ne représentait pas de danger immédiat.

"Les objectifs affichés pour l'instant par les deux pays pour le futur paquet climat-énergie européen 2030 sont vraiment le contraire de l'ambition revendiquée dans les discours", estime Sébastien Blavier, chargé de campagne nucléaire pour Greenpeace France. Alors que les discussions autour des futurs engagements en matière énergétique ont débuté, la Commission européenne a proposé de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'UE de 40% d'ici 2030, avec un objectif contraignant de 27% d'énergies renouvelables au niveau européen et un objectif indicatif de 25% d'économies d'énergie.

Un sommet sur ce sujet aura lieu les 20 et 21 mars à Bruxelles.

lu sur MétroNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !