La Grèce à court de liquidités en octobre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La Grèce à court
de liquidités en octobre
©

Et après ?

La Grèce à court de liquidités en octobre

C'est ce qu'a annoncé le gouvernement grec lundi matin. Des menaces planent sur l'avenir de la zone euro.

La Grèce pourrait être à cours de liquidités dès le mois d'octobre, a fait savoir le vice-ministre des Finances grec dans une interview diffusée lundi matin:

"Nous avons des marges de manœuvre en octobre. Nous essayons de faire en sorte que l'Etat puisse continuer à fonctionner sans problèmes."

La nouvelle a nourri encore un peu plus le doute sur la capacité du pays à se maintenir dans la zone euro en cas de défaut de paiement. L'Allemagne a multiplié les signaux contradictoires sur le sujet. Dans un article du magazine Der Spiegel publié dimanche, le ministre des Finances Wolfgang Schaüble imaginait plusieurs scénarios, allant jusqu'à l'abandon de la zone euro par la Grèce. Quant au ministre de l'Economie allemand, Philipp Rösler, il n'excluait pas lundi une faillite de la Grèce pour sauver l'euro dans une tribune publiée par Die Welt. .Un porte-parole du ministre de l'Economie a corrigé le tir lundi matin en rappelant que l'Allemagne "veut que la Grèce reste membre de la zone euro".

La Grèce a détaillé ce week-end son projet d'une nouvelle taxe immobilière, afin de respecter ses engagements vis à vis de l'aide internationale dont une nouvelle tranche doit lui être versée dès le mois prochain. 

La situation rend les marchés financiers extrêmement fébriles. L'euro est au plus bas face au yen depuis 10 ans. Quant aux trois banques françaises dont la note pourrait être baissée par Moody's cette semaine, Société Générale, BNP-Paribas et Crédit Agricole, elles étaient en chute libre à la mi-journée. 

 


Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !