Grèce : fin de la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles, les Grecs n'auraient rien proposé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Grèce : fin de la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles, les Grecs n'auraient rien proposé
©Reuters

Un Grexit inévitable

Grèce : fin de la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles, les Grecs n'auraient rien proposé

La réunion des ministres des Finances de la zone euro s'est terminée mardi vers 15 heures, moins de deux heures après avoir commencé. Le président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, doit faire une courte déclaration dans la foulée e la fin de la réunion.

Ce mardi 7 juillet, l'avenir de la Grèce va en partie se jouer, une fois de plus. À Bruxelles, les ministres des Finances de l'Eurogroupe sont réunis. Ils seront imités, ce mardi soir, par les chefs d’État des pays de la zone euro. Euclide Tsakalotos, qui a succédé à Yanis Varoufakis au poste de ministre des Finances grec, va tenter de convaincre que son plan est le bon, 48 heures après le "non" de la Grèce aux précédentes propositions des créanciers européens.

Un nouvel échec des négociations rendrait le Grexit (la sortie de la Grèce de la zone euro) quasi inévitable. Ce matin, il y avait de la tension dans l'air lors d'une réunion de la Commission européenne. Une eurodéputée a reproché au président Jean-Claude Juncker de passer trop de temps sur son téléphone. Piqué au vif, ce dernier a rétorqué : "Je suis en 'texting' avec le Premier ministre grec. Je fais mon travail !"

La France fait partie des pays qui veulent éviter une sortie de la Grèce de la zone euro. Ainsi, le commissaire européen Pierre Moscovici, en charge des Affaires économiques, monétaires et Fiscalité, a aussi exhorté les dirigeants grecs à présenter des propositions crédibles, complètes, efficaces afin d’éviter le Grexit: «La sortie de la Grèce de la zone euro serait un échec collectif terrible, mais c’est aux Grecs de dire comment ils souhaitent agir pour éviter le pire.» Il faisait écho à Jean-Claude Juncker qui plus tôt dans la matinée s’était montré décidé à tout faire pour éviter le Grexit. «Ma volonté, mon souhait est d’éviter un Grexit et il est temps de se retrouver à la table des négociations.

Très conciliant, Michael Noonan, le premier ministre irlandais, s'est montré conciliant. Celui-ci a déclaré comprendre la situation difficile dans laquelle se trouve la Grèce : "Il faut un programme économique, mais aussi une restructuration de la dette. Pour notre part, nous avons profité d’un tel programme, ce qui nous a permis de prendre un nouveau départ". Mais tous ne sont pas d'accord (comme l'Estonie, la Slovaquie...). Les discussions vont être animées. 

Le président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, doit faire une courte déclaration dans la foulée de la fin de la réunion. Il semble que les Grecs soient venus sans nouvelles propositions, contrairement à ce qu'avait promis le Premier ministre Alexis Tsipras. Celui-ci pourrait cependant les présenter en fin de journée, au sommet de la zone euro.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !