Grande-Bretagne : la Britannique de 44 ans empoisonnée au Novichok, est décédée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Grande-Bretagne : la Britannique de 44 ans empoisonnée au Novichok, est décédée
©CHRIS J RATCLIFFE / AFP

Mise en quarantaine

Grande-Bretagne : la Britannique de 44 ans empoisonnée au Novichok, est décédée

La britannique de 44 ans, Dawn Sturgess, contaminée au Novichok, poison neurotoxique d'origine russe, est décédée dimanche soir. Theresa May a immédiatement annoncé l'ouverture d'une enquête pour meurtre.

Dawn Sturgess, la britannique de 44 ans, qui avait été empoisonnée au Novichok en manipulant un objet contaminé, est décédée dimanche 8 juillet à l'hôpital de Salisbury. Peu de temps après la triste nouvelle, le chef de la police antiterroriste, Neil Basu, en charge de l'enquête, a déclaré : "Dawn laisse derrière elle sa famille, ses trois enfants, nos pensées et nos prières sont elles dans cette période extrêment difficile". 

Son compagnon, Charlie Rowley, également hospitalisé, se trouve quant à lui toujours dans un état critique. Le couple avait été pris de malaises, la semaine dernière, alors qu'il se trouvait avec un ami. La ville d'Amesbury, où résidaient ces deux anciens sans-abris, est désormais en quarantaine. 

Réagissant immédiatement à l'annonce, la Première ministre Britannique, Theresa May, s'est dit "horrifiée et choquée par la mort de Dawn Sturgess" avant d'ajouter que " la police et les agents de sécurité travaillent pour établir les faits de manière urgente".

Cette affaire et la mort d'une des deux victimes relancent les tensions entre Londres et Moscou. Tensions, qui en mars dernier, s'étaient soldées par l'expulsion de 23 diplomates russes hors du territoire britannique provoquant une réponse similaire de la part du Kremlin. 

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !