Grande-Bretagne : l'homme empoisonné au Novitchok est désormais dans un "état grave mais stable" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
L'hôpital de Salisbury où est soigné Charlie Rowley
L'hôpital de Salisbury où est soigné Charlie Rowley
©CHRIS J RATCLIFFE / AFP

Empoisonnement

Grande-Bretagne : l'homme empoisonné au Novitchok est désormais dans un "état grave mais stable"

Le britannique empoisonné au Novitchok -argent innervant- en juin dernier "n'est plus dans un état critique" a fait savoir ce mercredi l'hôpital de Salisbury où il est soigné.

L'hôpital de Salisbury où est soigné Charlie Rowley depuis le 30 juin dernier, a fait savoir que l'homme de 44 ans empoisonné au Novitchok n'était "plus dans un état critique". 

Une responsable de l'établissement a déclaré ce matin dans un communiqué, que le britannique était désormais dans un état "grave mais stable". Tout en précisant qu'il avait repris connaissance cette nuit, Lorna Wilkinson a ajouté que Charlie Rowley "avait fait des progrès supplémentaires dans la nuit" et que bien qu'il lui reste du chemin à parcourir, le personnel hospitalier était optimiste quant à ses progrès futurs.

Dans un communiqué distinct, la police britannique a quant elle déclaré avoir pu rapidement s'entrenir avec l'homme de 44 ans et qu'elle "prévoyait de lui parler à nouveau dans les jours à venir".

Dimanche, le décès de la compagne de Charlie Rowley, Dawn Sturgess, avait provoqué l'ouverture d'une enquête pour meurtre. La police, dont la principale hypothèse est que la contamination du couple est lié à la tentative d'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille en février dernier, cherche désormais à déterminer "où et quand" Charlie Rowley et Dawn Sturgess auraient manipulé un objet contaminé.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !